NOUVELLES
28/02/2016 04:13 EST | Actualisé 28/02/2017 00:12 EST

Le cessez-le-feu en Syrie violé neuf fois en 24 heures, mais tient globalement (Russie)

Le cessez-le-feu entré en vigueur samedi en Syrie a été violé neuf fois au cours des dernières 24 heures, a affirmé dimanche l'armée russe, tout en estimant que l'accord de cessation des hostilités tenait encore globalement.

"Au cours des dernières 24 heures, neuf cas de violation du cessez-le-feu ont été enregistrés", a déclaré dans un communiqué le général Sergueï Kouralenko, responsable du Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes en Syrie.

Pour autant, "de manière générale, le cessez-le-feu en Syrie est en train d'être mis en place", a-t-il ajouté.

Un groupe, composé de 100 militants, est entré en Syrie à partir de la Turquie et a tiré dimanche sur la ville syrienne de Tal-Abyad, dans la province de Raqqa (nord), a dénoncé le centre, créé par l'armée russe pour superviser la trêve.

Leur attaque a été soutenue par des tirs provenant du territoire turc, a affirmé le centre, ajoutant que d'autres tirs visaientun village de la province de Lattaquié (ouest), selon le centre.

L'armée russe a informé les Etats-Unis de ces violations et demandé des "explications" concernant ces tirs provenant du territoire turc, a annoncé M. Kouralenko, soulignant que la Turquie fait partie de la coalition internationale menée par Washington.

Des avions ont bombardé dimanche à l'aube des localités des provinces d'Alep (nord) et Hama (centre) selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui n'était pas en mesure d'indiquer si les villages visés étaient inclus ou non dans l'accord de cessez-le-feu entré en vigueur samedi.

Selon l'opposition syrienne, la cessation des hostilités en Syrie a été violée 15 fois par le régime de Damas et ses alliés samedi.

L'accord de trêve, aux modalités établies par Moscou et Washington et acceptées par Damas, concerne seulement les zones de combat entre les forces du régime, appuyées par l'aviation de l'allié russe, et les rebelles syriens et exclut les groupes jihadistes Etat islamique et Al-Nosra, qui contrôlent plus de 50% du territoire syrien.

all/pjl