NOUVELLES
28/02/2016 18:16 EST | Actualisé 28/02/2017 00:12 EST

La Bourse de Shanghai chute de 4% après le G20, la banque centrale ne rassure pas

La Bourse de Shanghai chutait de plus de 4% lundi peu après l'ouverture, dans un marché toujours affolé par la dépréciation continue du yuan et peu convaincu par les engagements des dirigeants chinois, lors du G20, à utiliser leurs "marges de manoeuvre" pour soutenir l'économie.

Vers 02H30 GMT, l'indice composite shanghaïen perdait 4,14%, soit 114 points, à 2.652,66 points.

De son côté, à la même heure, la Bourse de Shenzhen, deuxième place de Chine continentale, s'enfonçait de 5,32%, à 1.644,16 points.

Les dirigeants chinois ont multiplié les déclarations rassurantes durant le G20-Finances de Shanghai, s'engageant notamment à maintenir le cours du yuan "fondamentalement stable", alors que la devise connaît un violent mouvement de dépréciation, reflet de l'essoufflement économique du pays.

"Il n'y a pas de fondement (économique) pour une dépréciation persistante du renminbi" (autre nom du yuan), a déclaré Zhou Xiaochuan, gouverneur de la banque centrale chinoise (PBOC), en marge de la réunion des grands argentiers du G20 à Shanghai vendredi et samedi.

Signe de la précarité de la situation, le yuan --dont les fluctuations restent relativement encadrées -- n'en poursuivait pas moins de plus belle lundi matin son net recul face au dollar.

"La Chine conserve une marge de manoeuvre (...) et les outils de politique monétaire nécessaires pour faire face aux risques potentiels" menaçant l'économie, et elle mènera "une politique appropriée" pour soutenir l'activité, a-t-il martelé.

Des promesses qui peinaient toutefois à convaincre les investisseurs, alors que la conjoncture ne cesse de s'assombrir dans la deuxième économie mondiale, sur fond de contractions de l'activité manufacturière et des exportations, de demande terne, et de sévères surcapacités industrielles.

Le marché se montrait par ailleurs circonspect et prudent à quelques jours de la cruciale réunion de l'Assemblée nationale populaire (ANP), chambre d'enregistrement législative du régime, où sera dévoilée la nouvelle feuille de route économique de Pékin.

Les investisseurs s'interrogent par ailleurs sur une éventuelle accélération des réformes des mécanismes de marchés, après la récente nomination d'un nouveau patron, Liu Shiyu, à la tête de l'autorité chinoise de régulation des marchés financiers.

jyq-jug/ple/plh