NOUVELLES
28/02/2016 12:01 EST | Actualisé 28/02/2017 00:12 EST

Juppé "admiratif" du chemin parcouru par la Tunisie depuis sa révolution

L'ancien Premier ministre français Alain Juppé, candidat à la primaire à droite pour la présidentielle, s'est dit "admiratif" du chemin parcouru par la Tunisie depuis sa révolution de 2011, lors d'une visite dans ce pays.

Cinq ans après la chute de la dictature de Zine el Abidine Ben Ali à la suite d'une révolte populaire, M. Juppé a souligné que la Tunisie "est le seul pays qui a su poursuivre sa route" après les printemps arabes.

"Nous ne pouvons qu'être admiratif devant le chemin déjà parcouru", a-t-il ajouté, citant l'adoption de la nouvelle Constitution et la tenue d'élections libres en 2014.

M. Juppé, qui s'était déjà rendu en Algérie au début du mois, a jugé "capital que la France entretienne des relations très étroites avec les pays de la rive sud de la Méditerranée".

Comme à Alger, il a critiqué la réforme permettant la déchéance de nationalité proposée par le pouvoir socialiste en France après les attentats de Paris et qui est soutenue par une partie de la droite.

"Je sais que les binationaux se sont sentis --à tort selon moi-- particulièrement visés", a remarqué M. Juppé.

Devant quelque 300 personnes, dont de nombreux Franco-Tunisiens, l'ex Premier ministre a souligné que les binationaux étaient "une passerelle entre nos deux pays et doivent le rester". "Oui, la France est riche de sa diversité", a-t-il enchaîné.

Plus tôt dans la journée, il avait rendu hommage aux 22 personnes tuées en mars dernier dans un attentat au musée du Bardo revendiqué par le groupe Etat islamique (EI). Il sera reçu lundi par le président Béji Caïd Essebsi.

gk/iw