NOUVELLES
28/02/2016 08:12 EST | Actualisé 28/02/2017 00:12 EST

Grand Prix de Paris: Lionel prive Bold Eagle de la Triple Couronne

On attendait Bold Eagle pour un exploit historique et c'est Lionel qui a remporté le Grand Prix de Paris, dimanche à Vincennes, privant le jeune prodige du trot d'une triple couronne, 40 ans après Bellino II.

Coup de théâtre dans ce marathon du trot attelé, couru sur 4.150 mètres: après avoir donné l'impression de pouvoir l'emporter dans les 500 derniers mètres, le jeune prodige Bold Eagle, âgé de 5 ans, n'a pu résister à l'attaque de Lionel, âgé de 6 ans.

Vainqueur du Grand prix de France et du Prix de l'Amérique, Bold Eagle a dû renoncer au triplé et se contenter de la 2e place, devant l'outsider Tagada Tagada mené par Matthieu Abrivard, auteur d'une belle course d'attente.

Bold Eagle ne rejoindra donc pas tout de suite dans l'histoire Bellino II, le dernier vainqueur de la Triple Couronne il y a 40 ans (1976), ni Jamin et Gelinotte, crack trotteurs des années 50.

Le trotteur Lionel, drivé par le Suédois Örjan Kihlström, a remporté après une courte lutte le "marathon" de Vincennes (est de Paris) à l'issue d'un parcours limpide.

Très bien parti, contrairement à sa course du Prix d'Amérique où il avait été disqualifié dès les premiers mètres, Lionel a trotté dans le groupe de tête quasiment tout le parcours. Dans le dernier tournant, il a débordé puis attaqué Bold Eagle dans la ligne droite pour le dominer avec autorité dans les 300 derniers mètres.

"Lionel est formidable. Il a pris sa revanche. Il a très bien couru. Je suis content de montrer comme le cheval est bon", a dit Örjan Kihlström.

"J'étais déçu après le Grand Prix d'Amérique, Lionel était parti au galop", a pour sa part commenté son entraîneur normand Fabrice Souloy. "Dans le Grand Prix de France, il avait été gêné en haut de la côte. Le cheval est bien, le driver aussi. Je suis content, c'est un bon cheval quand il est bien."

- "Bold Eagle est sorti trop tôt" -

Avec cette victoire, Lionel, qui succède à Up and Quick au palmarès de l'épreuve, a rapporté à son propriétaire Göran Antonsen la somme de 180.000 euros promise au vainqueur, sur les 400.000 euros de primes diverses.

Sébastien Guarato, l'entraîneur de Bold Eagle, sacré meilleur entraîneur de trotteurs en 2015, n'a pas caché sa déception. Tout comme les supporters du "Boldclub", venus en nombre avec l'écharpe rouge et jaune aux couleurs de l'icône du trot.

"Bold Eagle a eu un parcours de rêve. Franck Nivard a dû penser que Lionel était mort dans le dernier tournant. Il a sorti Bold Eagle trop tôt", a avancé Sébastien Guarato qui, avant la course, avait pourtant affirmé que "le Grand Prix de Paris serait pour nous le combat le plus facile !".

"Bold Eagle avait sailli peu après le Prix de France, ce qui l'a certainement fatigué", a également indiqué l'entraîneur pour tenter d'expliquer cette contre-performance finale.

"Je n'en veux pas au cheval, il a fait une superbe course", a déclaré de son côté Franck Nivard.

Le propriétaire de Bold Eagle, Pierre Pilarski, a lui estimé qu'"aujourd'hui, on a été battu par un cheval meilleur. On savait que Lionel était très fort".

Le principal challenger de Bold Eagle, Timoko, 9 ans, mené par le Suédois Björn Goop, dauphin de Bold Eagle dans le Prix d'Amérique et de France, a fini lui 5e. A la pointe du combat depuis le départ, il a cédé à l'entrée de la ligne droite.

it/chp/pyv