NOUVELLES
28/02/2016 16:24 EST | Actualisé 28/02/2017 00:12 EST

Brésil: l'ancien président «Lula» n'exclut pas de se présenter encore en 2018

RIO DE JANEIRO — L'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva serait prêt à briguer de nouveau les suffrages en 2018, malgré un déclin de sa popularité dans les sondages.

Durant un événement soulignant le 36e anniversaire du Parti des travailleurs à Rio de Janeiro samedi, M. Da Silva a affirmé qu'il se présenterait «si nécessaire». Il aura 72 ans au moment des élections, mais il estime qu'il aurait alors «le désir d'être président d'un homme de 30 ans».

L'ancien président a critiqué l'opposition et les médias, les accusant de s'acharner sur lui «avec des mensonges, des informations coulées et des accusations de criminalité».

L'ancien président, surnommé «Lula», fait présentement l'objet d'une enquête pour des allégations de dissimulation des avoirs en lien avec des rénovations faites par des entreprises de construction sur deux propriétés dans l'État de Sao Paulo. Il a déclaré devant l'audience être prêt à remettre ses relevés bancaires et téléphoniques pour collaborer à l'enquête.

Lorsqu'il a quitté la présidence en 2010, à la fin du deuxième mandat consécutif permis par la Constitution brésilienne, il jouissait d'une bonne cote de popularité. Ses appuis et ceux au gouvernement ont toutefois chuté en raison d'un énorme scandale de corruption lié à la société énergétique brésilienne Petrobas et d'une récession.

Mercredi, un sondage d'opinion indiquait que seulement 11 pour cent des Brésiliens sont satisfaits du gouvernement de celle qui a succédé à M. Da Silva, la présidente Dilma Roussef. La réputation de l'ancien président en a aussi pris pour son rhume: 70 pour cent de la population le considère coupable de corruption.