NOUVELLES
28/02/2016 08:25 EST | Actualisé 28/02/2017 00:12 EST

Bolivie: le fils d'Evo Morales est-il vivant ou mort?

Le fils que le président bolivien Evo Morales a eu avec son ex-compagne Gabriela Zapata est-il toujours en vie? Une tante de cette dernière l'assure, l'ancien berger jure que l'enfant est mort.

Aussi, la ministre bolivienne de la Transparence, Lenny Valdivia, a annoncé avoir donné "24 heures à Gabriela Zapata pour présenter l'enfant devant n'importe quel juge des enfants pour qu'on sache enfin la vérité".

La presse a révélé au début du mois que le président de gauche, aujourd'hui âgé de 56 ans, et Gabriela Zapata, 28 ans, avaient eu une relation il y a dix ans et qu'un enfant en était né. Evo Morales, l'a reconnu, expliquant que l'enfant était mort et qu'il avait alors perdu le contact avec son ex-compagne.

Mais une tante de Gabriela Zapata a récemment affirmé que l'enfant était bien vivant, et qu'il avait aujourd'hui entre 8 à 9 ans.

"Je connais cet enfant, il n'est pas mort. Il s'appelle Ernesto Fidel. Il est le fils de Monsieur Evo Morales", a assuré Pilar Guzmán sur la chaîne de télévision PAT.

"Je ne sais pas pourquoi ils ont dit ça. Je ne sais pas ce qui les a poussés à mentir", a-t-elle ajouté.

Mais la ministre Lenny Valdivia a rétorqué sur les médias publics que "le président ne ment pas au peuple". "Il a dit sa verité, et c'est que cet enfant est né en 2007. On lui a dit ensuite qu'il était malade et (Morales) a fait en sorte qu'on l'aide. Après quoi, on lui a annoncé qu'il était mort", a-t-elle expliqué.

Evo Morales est célibataire et père de deux grands enfants nés de mères différentes. Discret sur sa vie privée, il dit être "marié à la Bolivie".

Pour Mme Valdivia, l'ex-compagne de Morales cherche avant tout à "faire diversion" de ses ennuis judiciaires.

Gabriela Zapata a été arrêtée vendredi dans le cadre d'une enquête pour trafic d'influence. Elle est responsable commerciale de l'entreprise de BTP chinoise CAMC qui a signé des contrats pour 560 millions de dollars environ avec l'Etat bolivien.

Accusé de trafic d'influence par l'opposition, le président de gauche a démenti tout favoritisme dans l'obtention de contrats publics.

Evo Morales est le premier président amérindien de la Bolivie. Il a été élu pour la première fois en janvier 2006. Mais les Boliviens ont rejeté lors d'un référendum la semaine dernière sa demande de pouvoir briguer un quatrième mandat après 2020.

gbh/val/cls/pjl