NOUVELLES
27/02/2016 22:49 EST | Actualisé 27/02/2017 00:12 EST

Birmanie: une milice antidrogue renonce à détruire des champs de pavot

Une organisation extrémiste chrétienne antidrogue a annoncé dimanche qu'elle renonçait à une opération de destruction de champs de pavot du nord de la Birmanie, après avoir été la cible de violences.

Le groupe Pat Jasan ("Prévention et élimination"), dont les membres portent souvent des uniformes de style militaire et sont connus pour fouetter les toxicomanes, a annulé cette opération en expliquant que la police et l'armée s'étaient dites incapable d'en assurer la sécurité.

Un chef de cette milice a indiqué jeudi qu'une vingtaine de ses membres étaient tombés dans une embuscade après avoir quitté la ville de Waingmaw, dans l'Etat Kachin, pour aller détruire des champs à proximité.

"Nous avons annulé la mission et nos membres rentrent", a déclaré dimanche à l'AFP Lum Hkawng, un responsable de Pat Jasan à Waingmaw. "La police a affirmé qu'elle ne pouvait assurer notre sécurité, et l'armée a dit la même chose, nous renvoyant vers le gouvernement central".

Aucune réaction n'a pu être obtenue dimanche de la police locale.

La culture du pavot en Birmanie a doublé depuis 2006 et les régions frontalières sont connues pour la production de drogue, les mouvements ethniques rebelles comme les militaires et leurs milices alliées étant impliqués dans un juteux trafic.

Le pays est le deuxième producteur mondial d'opium, après l'Afghanistan. Et dans les régions du nord du pays, dont l'Etat Kachin, de nombreux habitants sont dépendants de la drogue, un phénomène que Pat Jasan, créé il y a deux ans par la puissante Eglise baptiste de Kachin, s'est juré d'éradiquer, même par la force.

Le groupe Pat Jasan compte environ 100.000 membres et sa croissance exponentielle a déjà créé des tensions avec les communautés d'agriculteurs pauvres qui dans ces zones montagneuses et éloignées ont peu d'autres ressources viables que la culture de l'opium.

hla/jta/jac/jh