DIVERTISSEMENT
26/02/2016 10:12 EST | Actualisé 26/02/2016 10:18 EST

«Triple 9» - Anthony Mackie: de superhéros à flic corrompu (ENTREVUE/PHOTOS)

Accrochez-vous à votre siège, car Triple 9 de John Hillcoat est une véritable bombe d’adrénaline qui met en scène une terrible guerre urbaine menée par des policiers corrompus. Dans cette jungle impitoyable où les gangs de rue latino et la mafia russo-juive d'Atlanta font la loi, l’acteur Anthony Mackie interprète un agent perverti par l’appât du gain. Entrevue.

Le jour, il interprète le mythique et très lucratif super-héros Faucon dans les populaires productions des Avengers, et la nuit, Anthony Mackie joue au policier débauché dans le film Triple 9 en salle dès vendredi. «J’aime bien diversifier mes rôles, a lancé l’acteur américain en entrevue téléphonique. Les Avengers, c’est beaucoup de plaisir. Avec Triple 9, on est dans quelque chose de beaucoup plus sombre et violent.»

En effet, Triple 9 ne fait pas dans la dentelle. Dès la première séquence, la table est mise pour deux heures d’action. Chacun pour soi, et le dollar pour tous, même parmi les forces de l’ordre qui semblent pour la plupart d’entre eux avoir perdu tout sens d’étique. «Je viens de La Nouvelle-Orléans, a ajouté Anthony Mackie. Là-bas, la corruption est un sujet récurrent. Des policiers qui retournent leur veste pour se faire de l’argent illégalement, ce n’est pas toujours de la fiction.»

Justement, l’acteur afro-américain de 37 ans campe Marcus Atwood, un de ses flics ripoux qui a rejoint une bande de criminels, tous des ex-agents des forces spéciales d’Atlanta. «Mon personnage va être traversé par une grande crise morale. C’est ce qui m’a tout de suite intéressé dans le scénario. L’histoire n’est pas binaire. Vous n’avez pas d’un côté les bons et de l’autre les méchants. Les choses sont souvent bien plus compliquées», a dit le comédien qui s’apprête à incarner à la télévision le rôle de Martin Luther King dans le biopic All the Way.

Galerie photo «Triple 9» Voyez les images

Les armes ne lui font pas peur

Dans le jargon de la police américaine, «triple 9» correspond au nom de code 999 pour signaler qu’un officier est à terre et qu’il a besoin d’une aide d’urgence. «Au cours du récit, les criminels vont utiliser ce code pour sacrifier l’un des leurs et ainsi détourner l’attention afin de commettre un braquage pour le compte de la mafia locale», a-t-il raconté.

Outre Anthony Mackie, le film réuni une distribution imposante comme Casey Affleck, Chiwetel Ejiofor, Kate Winslet, Aaron Paul et Woody Harrelson. Tout ce beau monde s’est donné la réplique dans une ambiance de tournage pleine de bonne humeur, se souvient l’acteur. «On était une équipe de tonnerre. On riait beaucoup aussi. Cela nous a permis de faire descendre la pression après les nombreuses scènes dans lesquelles on n’hésitait pas à se tirer dessus, avec des balles à blanc il va sans dire!»

Il reste que porter des armes à feu n’a pas impressionné l’acteur qui a eu l'occasion de les manier à maintes reprises. «J’ai des amis qui sont policiers. Ils me racontent souvent leur quotidien. Autant d’anecdotes qui m’ont aidé à incarner mon personnage avec le plus de justesse possible. Et puis, il y a également mon expérience en 2008 pendant le film The Hurt Locker où j’interprétais un membre d’une équipe de démineur», a-t-il conclu.

Triple 9 – Remstar / Elevation Pictures – Drame policier – 116 minutes – Sortie en salles le 26 février 2016 – États-Unis.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Films de la semaine Voyez les images