NOUVELLES
25/02/2016 12:41 EST | Actualisé 25/02/2017 00:12 EST

Venezuela : séance parlementaire suspendue après des incidents

Le Parlement vénézuélien, contrôlé par l'opposition, a suspendu jeudi la première discussion d'une loi visant à restituer des entreprises et terres expropriées par le gouvernement chaviste, en raison d'incidents provoqués par des partisans du parti au pouvoir.

Le président de l'Assemblée, Henry Ramos Allup, a annulé la séance devant le refus d'un groupe de militants chavistes de quitter la chambre.

La proposition de loi, présentée par l'opposition mais fortement rejetée par le gouvernement de Nicolas Maduro, a pour objectif de relancer l'industrie locale en restituant entreprises et terres expropriées depuis l'arrivée au pouvoir en 1999 de l'ex-président Hugo Chavez, décédé en 2013.

Mais dès l'ouverture du débat jeudi, des cris et sifflets d'une partie du public ont empêché les parlementaires de s'exprimer.

Devant le refus des manifestants de quitter le Parlement, la séance a été reportée à mardi et se déroulera "sans agitateurs et sera retransmise par les médias de communication", a annoncé Henry Ramos Allup.

Le climat politique est tendu au Venezuela depuis la victoire historique, le 6 décembre dernier, de l'opposition aux élections législatives, les joutes verbales et polémiques se multipliant entre le gouvernement chaviste et le Parlement d'opposition.

Ce blocage institutionnel survient alors que le pays, autrefois riche producteur pétrolier grâce à ses réserves les plus importantes au monde, est plongé dans une grave crise économique avec la chute des cours du brut, se traduisant au quotidien part de fortes pénuries des biens de première nécessité.

Confirmant le désastre économique, la Banque centrale du Venezuela (BCV) a dévoilé la semaine dernière des chiffres catastrophiques pour 2015 : le pays sud-américain a enregistré une inflation de 180,9%, une des plus élevées au monde, et un recul du PIB de 5,7%, pour la deuxième année consécutive.

et/mis/fj/ka