NOUVELLES
25/02/2016 13:22 EST | Actualisé 25/02/2017 00:12 EST

Trezeguet "fier" de sa tournée sud-américaine avec Hollande

Le footballeur franco-argentin David Trezeguet a exprimé jeudi sa "fierté" d'avoir participé à la tournée sud-américaine du président François Hollande et de l'amitié qu'il a nouée avec le chef de l'Etat.

A Buenos Aires, avant de s'envoler pour l'Uruguay, "Trezegol", 38 ans, est revenu sur sa pige d'ambassadeur aux côtés de François Hollande, enfant de Rouen comme lui, ses racines argentines, son pays d'adoption, la France, et ses ambitions pour l'équipe de France.

Q: Vous avez accompagné François Hollande pendant sa tournée en Amérique du sud, comment avez-vous vécu cette expérience?

R: Cela a été très touchant, quand on a fait appel à moi, ça a été très fort, je me suis rendu disponible, je voulais à tout prix être présent dans ces pays que je connais bien. Cette invitation, ça été quelque chose de très fort. Je suis très fier de faire partie de cette délégation. Avec le président, j'ai trouvé un homme très calme, avec beaucoup de disponibilité. On a parlé beaucoup de football, on a pris du plaisir, c'est un passionné. Il attend avec beaucoup d'envie le prochain championnat d'Europe en France. J'espère que cette équipe de France va faire un parcours extraordinaire. On sait que le foot unit beaucoup de gens, on l'a vu en 1998. On a une nouvelle possibilité de le faire.

Q: Vous vous êtes trouvé des points communs?

R: Rouen, c'est un peu notre ville, notre équipe. Nous sommes supporteurs des Diables rouges. Il aime le sport, il aime le football. Il s'énerve par rapport au foot. On avait un programme chargé mais on a trouvé des moments pour parler de cette passion du football. On a construit une belle amitié.

Q: Vous vous sentez plus Argentin ou Français?

R: Je suis un mélange. Je n'ai jamais oublié mes racines ici à Buenos Aires. J'ai été adopté par un pays qui m'a beaucoup donné. J'ai beaucoup de respect (pour la France), mes enfants sont nés en France aussi. Quand on parle de diversité, je me mets en avant. On est dans un pays très beau. Je suis très fier d'avoir porté le maillot bleu, avec la chance de gagner le Mondial de 1998 et l'Euro 2000. La France, c'est le pays qui m'a tout donné, au niveau professionnel, dans ma vie, c'est un pays exceptionnel.

Q: Vous envisagez un jour de retourner en France après la Juventus?

R: C'est une possibilité, bien sûr. Je n'ai pas pris la décision de devenir entraîneur mais de m'occuper de la gestion d'image d'un club. Pourquoi pas en France? Je suis fier et très content d'être en Italie. L'appel de la famille Agnelli m'a beaucoup touché, il y a le côté football et le côté humain. La France, c'est le pays qui m'a tout donné, c'est un pays exceptionnel.

Q: Quelles sont les chances de l'équipe de France pour l'Euro?

R: Ca va être difficile mais je pense qu'on a la possibilité de faire un bon Euro. On est tous conscients qu'il y a de la qualité, des individualités assez exceptionnelles, avec un entraîneur qui connaît bien le haut niveau, Didier Deschamps. On a tous les atouts pour faire un très beau championnat d'Europe. Il y a une obligation d'être protagonistes.

Q: En attaque de l'équipe de France, vous voyez qui?

R: Il faut voir le cas Benzema. Côté football, Benzema est un joueur très important pour cette équipe de France, sans oublier qu'il y a aussi Giroud, Gignac, Coman, que je connais très bien car il était à la Juve, maintenant il est au Bayern, Martial, passé de l'AS Monaco à Manchester United, il y a de la qualité. A Deschamps de trouver les solutions.

(propos recueillis par Alexandre Peyrille)

ap/ka/mca

MANCHESTER UNITED

JUVENTUS FOOTBALL CLUB