NOUVELLES
25/02/2016 03:44 EST | Actualisé 25/02/2017 00:12 EST

Pékin dénonce la politique de "deux poids deux mesures" de Washington en mer de Chine

Pékin a dénoncé jeudi la politique de "deux poids deux mesures" de Washington après avoir été accusé de "militarisation" en mer de Chine méridionale, et défendu ses installations de défense dans la zone face à la présence américaine.

Les Etats-Unis ont accusé ces derniers jours la Chine d'avoir déployé des missiles sol-air et des avions de chasse sur l'île Woody ("Yongxing", en chinois), dans l'archipel des Paracels, contrôlé par Pékin depuis les années 1970 mais revendiqué par le Vietnam et Taïwan.

Des militaires et officiels américains, dont le secrétaire d'Etat John Kerry, ont alors dénoncé la "militarisation" opérée par l'armée chinoise.

"Les Etats-Unis sont le véritable promoteur de la militarisation" dans la zone, a rétorqué jeudi Wu Qian, porte-parole du ministère chinois de la Défense, lors d'une conférence de presse régulière.

Washington, plaidant la "liberté de navigation" a envoyé à plusieurs reprises ces derniers mois des navires de guerre à proximité d'îles contrôlées par la Chine, des manoeuvres décrites par M. Wu comme des "provocations".

"Les Etats-Unis, pays extérieur à la région" ont également "encouragé leurs alliés et partenaires à conduire des exercices militaires" et "ferment les yeux" sur les actions d'autres pays de la zone qui, affirme le porte-parole, ont déployé missiles, radars, tanks et dispositifs d'artillerie.

"C'est du +deux poids deux mesures+ typique", a martelé Wu Qian, assurant que "c'est le droit légitime de la Chine de déployer des dispositifs de défense sur son propre territoire".

Selon un haut responsable militaire américain, les Etats-Unis vont intensifier leurs passages près des îles controlées par Pékin.

"Nous allons en faire plus", a assuré mercredi l'amiral Harry Harris, chef des forces américaines dans le Pacifique.

En réponse, M. Wu n'a pas exclu une poursuite du déploiement d'installations de défense face à la présence américaine, les estimant "vraiment nécessaires".

Pékin revendique la quasi-totalité de la stratégique mer de Chine méridionale, par laquelle transite un tiers des cargaisons mondiales de pétrole.

Une position qui irrite le Vietnam, les Philippines, Brunei, la Malaisie et Taïwan, qui ont des revendications sur diverses parties de la zone.

ehl/at