DIVERTISSEMENT
25/02/2016 10:35 EST

Pavillon Pierre-Lassonde du MNBAQ: Un écrin de verre pour l'art contemporain (PHOTOS)

Courtoisie MNBAQ

Plus que quatre mois avant les festivités d’ouverture du pavillon Pierre-Lassonde au Musée national des beaux-arts du Québec. À compter du 24 juin, les portes de cet immense bloc de verre s’ouvriront sur sept nouvelles expositions de même que sur de nouvelles installations, dont un escalier monumental de 18 mètres de haut.

Il faudra user de patience avant de pouvoir emprunter les 79 marches de l’escalier monumental du nouveau pavillon. L’espace, situé à un niveau au-dessus du sol, est baigné de lumière grâce à l’imposant mur-rideau de verre de l’édifice.

Les visiteurs devront également être patients avant de se promener les douze nouvelles salles d’exposition. Ces dernières reprennent les standards des grands musées internationaux comme le Museum of Modern Art de New York, atteste Line Ouellet, directrice et conservatrice en chef du MNBAQ. Le tiers de ces nouveaux espaces accueillera des expositions temporaires, dont une sur le peintre post-impressionniste français Pierre Bonnard à venir cet automne.

Galerie photo Pavillon Pierre-Lassonde du MNBAQ Voyez les images

Trois jours de festivités

Le plus grand chantier culturel du Québec s’achèvera juste à temps pour les festivités d’ouverture, prévues les 24, 25 et 26 juin prochain.

Au menu: une fête populaire orchestrée par Alexandre Fecteau, homme de théâtre bien en vue à Québec à qui on doit la mise en scène de Les fées ont soif (La Bordée, 2014) et du No Show (Périscope, 2013). Au cours de ces trois journées, la Grande-Allée et l’avenue Cartier prendront des airs de marché en plein air avec galeries, plateaux de danse et performances théâtrales et musicales.

Au cours de l’été, suivront une grande fête sous chapiteau, l’Humanorium d’EXMURO arts publics aux accents de fête foraine, et une œuvre orchestrale pour architecture du Yannick Plamondon, interprétée par l’Orchestre symphonique de Québec au pied de l’escalier monumental.

Ce programme multidisciplinaire aura Pierre Lapointe pour porte-parole. Passionné d’art et de design, l’artiste a eu l’occasion de travailler avec plusieurs artistes dont les œuvres seront montrées dans le nouveau MNBAQ. C’est le cas du trio BGL qui a réalisé le visuel de La forêt des mal-aimés et de David Altmejd dont l’œuvre The Flux and the Puddle sera exposée dans le pavillon central pendant les dix prochaines années.

Sept nouvelles expositions

En doublant sa surface d’exposition, le MNBAQ peut faire la part belle à ses collections, et surtout à l’art contemporain du Québec et du Canada. Le nouvel édifice – qui remplacera le pavillon central en tant qu’entrée du musée – permettra à l’institution de « déployer [sa] collection à une échelle jamais vue auparavant », selon Line Ouellet.

Des douze nouvelles salles d’exposition, plusieurs seront en effet consacrées à l’art contemporain et actuel. L’une d’entre elles accueillera dès le 24 juin une exposition permanente retraçant l’histoire de l’art décoratif et du design du Québec – une première.

Quatre autres expositions prendront l’affiche au même moment, dont une réservée à l’art contemporain et actuel de Ferron à BGL et un parcours-promenade de 3 000 mètres carrés où une trentaine d’installations seront déployées.

L’Hommage à Rosa Luxembourg, fresque monumentale de Jean-Paul Riopelle, aura elle aussi son écrin. L’œuvre de 40 mètres de long sera installée dans l’un des trois segments du passage Riopelle par CGI, qui relie le Lassonde aux trois autres pavillons.

La collection d’art inuit Brousseau, la quatrième en importance au pays, sera quant à elle relocalisée au nord du pavillon Pierre-Lassonde.

Le pavillon Pierre-Lassonde en chiffres

• 1 090 000 kilogrammes d’acier

• 8 500 mètres cubes de béton

• 95 % de l’enveloppe extérieure est faite de verre

• Un projet de 103,4 millions de dollars

• Une hauteur totale de 26,5 m, ce qui représente environ 8 étages

• Une superficie de 14 900 mètres carrés

• 358 nouvelles œuvres