NOUVELLES
24/02/2016 23:50 EST | Actualisé 24/02/2017 00:12 EST

Migrants: Orban reproche à l'Allemagne son ton "abrupt, grossier et agressif"

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a reproché à l'Allemagne son ton "abrupt, grossier et agressif" dans la crise des réfugiés, arguant que la politique allemande "n'est pas sans alternative", dans un entretien au quotidien allemand Bild jeudi.

"Aujourd'hui, le ton qui vient d'Allemagne est abrupt, grossier et agressif", a accusé le chef de gouvernement conservateur, grand contempteur de la politique de la main tendue aux réfugiés portée par la chancelière Angela Merkel.

"La politique allemande sur les réfugiés n'est pas sans alternative", a poursuivi M. Orban, qui a annoncé mercredi l'organisation d'un référendum sur le plan européen de relocalisation des réfugiés entre pays membres de l'UE, auquel son gouvernement est farouchement opposé.

"Les quotas vont changer le profil de l'Europe - d'un point de vue ethnique, culturel et religieux", a dit à Bild le dirigeant hongrois, dont le pays forme avec la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie le "groupe de Visegrad", vent debout depuis des mois contre les quotas d'accueil adoptés par la Commission européenne.

Un flux incontrôlé de migrants fait courir à l'UE un risque d'importation "du terrorisme, de la criminalité, de l'antisémitisme et de l'homophobie", a-t-il encore déclaré.

Le Premier ministre conservateur s'en est également pris aux accords conclus entre l'UE et la Turquie pour réduire le flux des migrants, jugeant qu'"aucun pays de l'UE ne peut vraiment appliquer" ce plan, qui fait dépendre d'Ankara "l'avenir et la sécurité de l'Europe".

dsa/mtr/pt