NOUVELLES
25/02/2016 09:46 EST | Actualisé 25/02/2017 00:12 EST

Les profits des banques TD et CIBC ont grimpé au 1er trimestre

TORONTO — Les banques TD et CIBC ont toutes deux vu croître leur bénéfice au premier trimestre, malgré les problèmes connus par le secteur pétrolier, la volatilité des marchés boursiers et la faiblesse de l'économie, qui ont compliqué la vie des grandes banques canadiennes.

La Banque TD (TSX:TD) a affiché un bénéfice net de 2,22 milliards $, en hausse d'environ huit pour cent par rapport à celui de 2,06 milliards $ réalisé à la même période l'année précédente.

De son côté, la Banque CIBC (TSX:CM) a vu son bénéfice grimper de six pour cent à 982 millions $, comparativement à celui de 923 millions $ engrangé un an plus tôt.

«Nous avons obtenu de très bons résultats ce trimestre, pour une période de plus grande incertitude pour le marché et de volatilité — des conditions qui pourraient perdurer à court et moyen terme, particulièrement dans un contexte où la faiblesse des prix de l'énergie continue d'être un boulet pour la croissance économique de notre pays, ici au Canada, et celle du monde», a affirmé le chef de la direction de la Banque CIBC, Victor Dodig, lors d'une conférence téléphonique pour discuter des résultats de son institution.

«Mais indépendamment des conditions de marché que nous rencontrons, l'attention collective des membres de l'équipe de la CIBC restera concentrée sur ce qui suit: le soutien et la croissance en s'appuyant sur notre vigueur financière actuelle, la simplification et la transformation de l'exécution des services bancaires à nos clients, et la livraison d'une croissance innovatrice et durable pour nos actionnaires.»

L'analyste Sumit Malhotra, de la Banque Scotia, juge que les efforts des banques pour exercer un contrôle ferme sur leurs dépenses leur ont permis de faire croître leurs bénéfices malgré tous les vents contraires.

«Dans l'environnement dans lequel nous nous trouvons, le contrôle des dépenses est une plus grande partie de l'équation pour toutes ces entreprises qu'il ne le serait dans un environnement d'exploitation plus robuste», a expliqué M. Malhotra.

«Nous observons que certains fruits des efforts de restructuration commencent à faire leur chemin jusque dans la performance d'exploitation des banques.»

La CIBC et la TD ont toutes deux inscrit des charges de restructuration dans les comptes de leur plus récent trimestre. Elles tentent d'améliorer leur efficacité par toute une gamme de mesures, incluant la révision de certains procédés, la fermeture de succursales et la réduction de leur effectif.

Au premier trimestre, la CIBC comptait 43 609 employés à temps plein, soit 592 de moins qu'au trimestre précédent.

La Banque TD, pour sa part, avait 79 927 employés à temps plein au premier trimestre, soit 627 de moins qu'au trimestre précédent. Par rapport à il y a un an, la banque comptait 2256 travailleurs de moins.