NOUVELLES
25/02/2016 10:54 EST | Actualisé 25/02/2017 00:12 EST

Le pétrole finit en hausse dans un marché tiraillé entre optimistes et pessimistes

Les cours du pétrole ont fini par retrouver une tendance haussière jeudi à New York, dans un marché toujours partagé entre pessimistes et optimistes devant la possibilité d'un prochain rééquilibrage de l'offre et de la demande.

Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril a gagné 92 cents à 33,07 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), l'optimisme ayant fini par l'emporter en deuxième moitié de séance.

"Le marché continue à évoluer en dents de scie", a remarqué Gene McGillian, chez Tradition Energy.

"Il y a une bataille qui se livre entre d'une part les investisseurs qui s'attendent à ce que le marché chute, sous le poids de l'excédent d'offre et parce qu'ils pensent qu'on pourrait aussi assister à une baisse de la demande en raison de la dégradation économique, et d'autre part ceux qui espèrent que (..) avec un plafonnement de la production on va lentement revenir à un niveau qui éliminera les excédents et que la demande va se reprendre", a-t-il précisé.

En fin de séance, la reprise des cours s'est accélérée après des informations de l'agence Bloomberg selon lesquelles le ministre vénézuélien du Pétrole Eulogio del Pino aurait annoncé une réunion le mois prochain entre son pays, l'Arabie Saoudite, la Russie et le Qatar.

Les prix s'étaient déjà repris la semaine dernière après que la Russie et l'Arabie saoudite, au terme d'une première réunion à Doha avec le Qatar et le Venezuela, avaient proposé que tous les pays producteurs gèlent leur niveau de production à celui de janvier pour soutenir les prix.

Depuis lors toutefois l'enthousiasme des investisseurs s'était nettement refroidi, surtout après que l'Iran a estimé mardi que l'idée d'un gel de la production n'était qu'une "plaisanterie".

La diminution des attentes d'une baisse de l'offre "a créé un environnement d'échanges ultra sensible qui implique des réactions excessives au peu de bonnes nouvelles" qui sortent, expliquait Lukman Otunuga, analyste chez FXTM, évoquant par exemple la baisse de la production hebdomadaire de brut aux Etats-Unis annoncée mercredi.

bur-chr/jld/are