NOUVELLES
25/02/2016 05:35 EST | Actualisé 25/02/2017 00:12 EST

Le pétrole abandonne ses gains de la veille à l'ouverture

Les cours du pétrole ont ouvert en baisse jeudi à New York, les investisseurs abandonnant l'essentiel des quelques gains engrangés la veille faute d'espoir de voir prochainement une réduction de l'offre surabondante qui plombe les cours.

Vers 14H15 GMT, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril perdait 18 cents à 31,98 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Il y a beaucoup de volatilité sur les marchés en ce moment", a souligné Bart Melek, chez TD Securities.

La petite hausse des cours de la veille, mise sur le compte d'une progression des stocks de brut aux Etats-Unis un peu moins prononcée que prévu et d'une nouvelle baisse de la production nationale, était pour M. Melek "l'occasion d'empocher quelques bénéfices".

Selon lui, "il y a peu d'espoir de voir prochainement un déclin de la production mondiale", vu les déclarations mardi du ministre saoudien du Pétrole Ali al-Naïmi, qui avait défendu l'idée d'un gel de production mais exclu celle d'une baisse de production.

Chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'Arabie saoudite avait proposé la semaine dernière avec la Russie, au terme d'une réunion à Doha avec le Qatar et le Venezuela, que tous les pays producteurs gèlent leur niveau de production à celui de janvier pour soutenir les prix.

Mais l'Iran a de son côté rejeté mardi l'idée même d'un gel de sa production, la qualifiant de "plaisanterie".

La diminution des attentes d'une baisse de l'offre "a créé un environnement d'échanges ultra sensible qui implique des réactions excessives au peu de bonnes nouvelles", comme celle de mercredi sur les stocks américains, expliquait Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Pour lui, les cours du WTI restent "fortement baissiers et comme aucune réunion d'urgence n'est à l'horizon malgré les palabres sur une diminution de production imaginaire, le WTI pourrait tomber à 25 dollars et même plus bas".

Les experts de Commerzbank mettaient toutefois en avant la bonne nouvelle pour le marché que représente le cinquième recul hebdomadaire de la production américaine de brut, désormais au plus bas depuis octobre.

"Nous pensons que ce n'est qu'un début et que cette tendance va se confirmer dans les semaines et mois qui viennent", faisaient valoir les experts de Commerzbank, évoquant notamment la décision de la société Whiting d'arrêter les opérations de fracturation dans le Dakota du Nord au 1er avril et de réduire ses investissements de 80%.

bur-chr/jld/faa