POLITIQUE
25/02/2016 02:39 EST | Actualisé 25/02/2016 02:59 EST

Enfants du ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, au privé : réactions partagées de l'opposition (VIDÉO)

QUÉBEC – Alors qu’Amir Khadir dénonce la décision du nouveau ministre de l’Éducation d’envoyer ses enfants à l’école privée, les chefs péquiste et caquiste y voient un choix personnel.

Le nouveau ministre de l’Éducation a confirmé mercredi que ses enfants fréquentent l’école privée. «C’est vrai que mes enfants vont à l’école privée, monsieur Bouchard. Ils y sont même [depuis] avant mon retour en politique. Vous savez, mes enfants, ils ne font pas de politique. Leur papa en fait, mais eux ils n’en feront pas, pis c’est pas parce que je suis devenu ministre de l’Éducation que je vais les prendre du milieu de vie dans lequel ils réussissent et s’épanouissent pour les envoyer ailleurs», a déclaré Sébastien Proulx sur les ondes du FM93.

Sébastien Proulx s’est tout de même engagé à défendre le réseau scolaire public. «J’ai une responsabilité à l’égard du réseau de l’éducation, je vais défendre le réseau. Je vais défendre l’école publique et, je vous le dis, avec toute la vigueur qui est la mienne», a-t-il ajouté.

Jeudi, Pierre Karl Péladeau et François Legault ont tous deux défendu le droit du ministre à choisir le réseau privé. «Le régime pédagogique ici au Québec prévoit un service public et un service privé. Donc il y a des collèges privés. Mes enfants, mes deux plus jeunes vont à l'école publique, et ma plus grande va au collège privé. C'est le droit de qui que ce soit de déterminer où il entend envoyer ses enfants», a dit le chef péquiste au cours de point de presse.

Même son de cloche du côté de la CAQ. «C'est un choix personnel», a déclaré François Legault sans plus de commentaires.

Pour sa part, le député de Québec solidaire estime que la décision du ministre est en phase avec l’attitude de son gouvernement. «Le ministre est juste conséquent avec le désaveu de son gouvernement, a dit Amir Khadir. C'est un gouvernement qui ne croit pas à l'école publique. C'est normal que son ministre de l'Éducation envoie ses enfants à l'école privée.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Quelques mots interdits à l'Assemblée nationale Voyez les images