NOUVELLES
25/02/2016 12:15 EST | Actualisé 25/02/2017 00:12 EST

Enfants à l'école privée: le ministre Sébastien Proulx sur la défensive

QUÉBEC — Un ministre de l'Éducation chargé de défendre, financer et promouvoir le réseau scolaire public peut-il en même temps, sans problème, placer ses enfants à l'école privée?

C'est une des questions qui circulent dans les couloirs du parlement depuis la nomination, lundi, de Sébastien Proulx, à la tête du ministère de l'Éducation.

M. Proulx est le père de deux enfants, Nicolas et Marie-Rose, âgés de 8 et 10 ans, et tous deux fréquentent une école primaire privée.

Jeudi, sur la défensive, le ministre en a fait une question de choix personnel, qui ne regarde que lui. Il a dit que, quelques que soient les critiques et les opinions entendues, il n'avait nullement l'intention de placer ses enfants à l'école publique.

Lors d'une mêlée de presse, le ministre de l'Éducation a refusé de justifier son choix et de révéler pourquoi à ses yeux il était si important que ses enfants fréquentent une école privée, plutôt que publique.

Il en fait une question de liberté de choix, offerte à tous les parents.

Questionné à savoir s'il s'agissait d'un jugement de valeur envers le réseau scolaire public, il n'a pas répondu, paraissant agacé par les questions sur ce sujet.

«À 8 ans et 10 ans, il n'y a personne qui va me faire accroire qu'il faut que je les sorte de là (mes enfants) et les envoyer ailleurs parce que papa fait de la politique», a commenté le ministre.

Son choix, a-t-il dit, repose sur des raisons «qui ne concernent personne, sauf moi et ma conjointe».

Lui-même est allé à l'école publique au primaire, puis à l'école privée au secondaire.

Le porte-parole de Québec solidaire, le député Amir Khadir, a estimé qu'il était «normal» de voir un ministre de l'Éducation du gouvernement Couillard placer ses enfants à l'école privée, en raison du «désaveu» de ce gouvernement pour l'école publique.

Si les libéraux croyaient à l'école publique, «ils ne couperaient pas autant» dans le réseau depuis deux ans, a-t-il commenté. 

«C'est très logique pour quelqu'un qui ne croit pas au système d'éducation publique, qui doit être un système de qualité dans lequel il y a les ressources nécessaires», a dit le député, lors d'un point de presse, en rappelant que le réseau privé était financé à 70 pour cent avec des fonds publics.

«C'est le meilleur des deux mondes pour les enfants de riches», selon lui.

Le porte-parole péquiste en éducation, le député Alexandre Cloutier, a dit qu'il fallait s'attendre de tout ministre de l'Éducation «qu'il défende l'école publique, qu'il s'assure de la qualité des services».

Sur le fait qu'il place ses enfants à l'école privée, il juge que M. Proulx «n'en est pas à une contradiction près» en matière d'éducation, rappelant ses différentes positions sur l'abolition des commissions scolaires.