NOUVELLES
25/02/2016 04:51 EST | Actualisé 25/02/2017 00:12 EST

Date limite des échanges : les équipes de tête cherchent le chaînon manquant

BILLET - C'est triste, mais c'est exactement cela : alors que s'écoulent les dernières heures menant à la date limite des échanges de la LNH, les sept équipes canadiennes (toutes exclues des séries éliminatoires) prennent des allures de kiosques de marché aux puces.

Un texte de Martin Leclerc

Et les formations américaines qui aspirent à la Coupe Stanley y pigeront joyeusement, en espérant dénicher l'aubaine qui fera la différence au cours du long tournoi printanier.

***

L'approche de la date limite des échanges ne sème plus la même frénésie qu'au milieu des années 2000 dans les bureaux des organisations de la LNH. Les directeurs généraux des équipes bien positionnées au classement sont beaucoup plus prudents et moins enclins à sacrifier des actifs à long terme pour hypothétiquement améliorer leurs chances de danser plus longtemps au grand bal du printemps.

Les directeurs généraux des équipes de pointe magasinent avec une seule idée en tête : gommer temporairement les faiblesses de leur formation en payant le moins cher possible. De leur côté, les dirigeants des équipes éliminées tentent simplement de liquider, au plus offrant, des actifs qu'ils perdront de toute manière au début de juillet sur le marché de l'autonomie.

Voici donc à quoi s'attendre de la part des formations qui aspirent à la conquête de la Coupe cette année :

Association de l'Est

Capitals de Washington : L'équipe de Barry Trotz n'a pour ainsi dire pas de faiblesse. À l'interne, les dirigeants estiment que le principal défi de l'organisation consiste à garder la pédale au plancher jusqu'à la fin du calendrier. Dans le passé, les Caps ont pris les choses à la légère dans la dernière ligne droite de saisons particulièrement fructueuses et n'ont pas été capables de rallumer la flamme dans les séries, ce qui leur a valu des éliminations rapides.

Grands favoris pour remporter la Coupe, les Caps viennent d'ajouter le défenseur Mike Weber (Buffalo) pour se donner de la profondeur à la ligne bleue. Ils tentent d'ajouter un bon attaquant de quatrième trio pour se donner encore plus de profondeur, ainsi qu'un troisième gardien fiable pour parer à une éventuelle blessure. Ils sont plus ou moins à l'aise avec leurs portiers de la Ligue américaine et ne veulent courir aucun risque à cette position stratégique.

Dale Weise, du Canadien, pourrait être le genre d'attaquant recherché par Washington.

Lightning de Tampa Bay : Pour l'équipe du DG Steve Yzerman, la courte fenêtre permettant de remporter une Coupe Stanley est ouverte. Et ça doit se passer maintenant. Toujours sans contrat, Steven Stamkos deviendra peut-être joueur autonome et l'équipe mise sur un bataillon de talentueux attaquants qui deviendront tous joueurs autonomes avec restriction cet été.

Correct à la ligne bleue, sans plus, le Lightning aimerait bien ajouter un défenseur dominant à sa formation. Et il pourrait le faire sans viser un joueur de location puisqu'Yzerman a encore Jonathan Drouin (qui a déserté l'équipe en réclamant une transaction) dans sa manche.

Si Yzerman choisit l'option locative, Dan Hamhuis (Canucks de Vancouver) rehaussera grandement le profil de son équipe. Hamhuis est le meilleur arrière de location disponible.

Panthers de la Floride : Les Panthers arrivent à peine dans le groupe d'élite des équipes de l'Association de l'Est. Souvent, les équipes qui font un gros bond au classement en saison apprennent à la dure en séries, comme le Lightning il y a deux ans.

Leur défense est solide, mais ils sont 27es en avantage numérique. Ils tenteront de mettre la main sur l'attaquant Andrew Ladd (Jets de Winnipeg) ou sur l'un des attaquants de location les plus convoités et spécialistes de l'avantage numérique dans la ligue (Loui Eriksson des Bruins, Radim Vrbata des Canucks, Mikkel Boedker des Coyotes ou Jiri Hudler des Flames).

Rangers de New York : Toujours performants dans les séries depuis qu'Alain Vigneault a pris les commandes, les Rangers sont toutefois vieillissants et leurs chances de gagner diminuent rapidement.

Les Blue Shirts sont 27es en désavantage numérique et 23es en avantage d'un homme. Ne pas tenter de colmater ces brèches avant les séries serait suicidaire.

Andrew Ladd et Loui Eriksson (Bruins) figurent parmi les rares joueurs disponibles qui brillent autant en avantage qu'en désavantage numérique.

Association de l'Ouest

Blackhawks de Chicago : Les champions de la Coupe Stanley seraient à la recherche de renfort sur le flanc droit. Lundi dernier, leur directeur général Stan Bowman était au Centre Bell pour voir Dale Weise à l'œuvre, mais ce dernier était malade.

Le favori des Hawks serait toutefois Andrew Ladd, qui a d'ailleurs déjà joué à Chicago.

Kings de Los Angeles : L'équipe du directeur général Dean Lombardi a remporté deux Coupes en misant sur une défense impeccable et on soupçonne les Kings d'être à la recherche d'un défenseur fiable. Or, les arrières de haut niveau disponibles en location, et capables de jouer de façon fiable en séries, ne courent pas les rues ces temps-ci.

Tom Gilbert, du Canadien, aurait sans doute trouvé preneur s'il ne s'était pas blessé à un genou. En attendant, les noms qui circulent le plus sont ceux de Dan Hamhuis (Canucks) et de Kris Russell, un arrière gaucher des Flames de Calgary.

Stars de Dallas : Les Stars occupent le 2e rang du classement général de la LNH et possèdent la deuxième attaque de la ligue.

Toutefois, leur défense occupe le 20e rang sur 30 équipes et leur unité de désavantage numérique est 23e. Leur directeur général Jim Nill, qui a contribué à bâtir des équipes championnes à Détroit, sait parfaitement que cette lacune handicapera grandement son club quand les séries se mettront en branle.

Nill est donc à la recherche d'un défenseur fiable et expérimenté pour améliorer sa ligne bleue. Dan Hamhuis, un arrière qui a percé la formation olympique canadienne à Sotchi, correspond parfaitement au profil recherché.

Blues de St. Louis : Une sérieuse blessure au gardien Brian Elliott vient de donner une tout autre tournure à la saison des Blues.

Soudainement, le gardien James Reimer, des Maple Leafs de Toronto, devient une bouée de sauvetage très attirante pour les Blues. Pour répondre aux besoins pressants de St. Louis devant le filet, il n'y a pour ainsi dire pas d'autre candidat valable sur le marché.

Les Blues sont aussi 24es en attaque dans la LNH. Ils ne survivront pas s'ils ne vont pas chercher du renfort de ce côté. Ils sont dans la course à l'obtention de Jonathan Drouin depuis plusieurs semaines, mais il ne faudrait pas se surprendre de voir Ladd, Eriksson, Vrbata, Hudler ou même Eric Staal débarquer au Missouri pour prêter main-forte à cette équipe, qui fera face à une énorme pression ce printemps.