NOUVELLES
25/02/2016 08:47 EST | Actualisé 25/02/2017 00:12 EST

CSeries: Legault exprime des craintes face à un contrôle gouvernemental

QUÉBEC — Le chef caquiste François Legault a exprimé des craintes, jeudi, devant la perspective que les gouvernements fédéral et québécois soient majoritaires au conseil d'administration du projet d'avion CSeries de Bombardier.

M. Legault a mis en doute l'expertise des premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard dans le secteur de l'aéronautique.

Jeudi, dans une entrevue à Radio-Canada, le ministre des Transports, Jacques Daoust, a confirmé un scénario où, si Ottawa décide d'investir dans le projet, les gouvernements disposeraient d'une majorité au conseil d'administration de la filiale.

En contrepartie de l'injection prévue de 1,3 milliard $ CAN dans le projet, le gouvernement québécois a obtenu deux des cinq postes d'administrateurs, les autres appartenant à Bombardier.

M. Daoust a évoqué la possibilité qu'un nouvel investisseur obtienne également deux sièges, pour un total de sept au conseil d'administration.

Par la suite, lors d'un point de presse, M. Legault s'est inquiété que les gouvernements aient une position de force dans la CSeries.

«Juste d'imaginer une division de la CSeries présidée par Daniel Johnson où le contrôle de l'entreprise serait entre les mains de Justin Trudeau et Philippe Couillard, moi, j'ai froid dans le dos, de voir une situation comme celle-là», a-t-il dit.