NOUVELLES
25/02/2016 05:42 EST | Actualisé 25/02/2017 00:12 EST

Corruption: 1250 dossiers ont été traités en Roumanie l'an dernier

BUCAREST, Roumanie — L'agence roumaine de lutte à la corruption a traité 1250 dossiers l'an dernier, dont ceux d'un ancien premier ministre et de cinq anciens ministres, soit le total annuel le plus élevé depuis le début de la campagne anticorruption en 2013.

La procureure en chef Laura Codruta Kövesi a expliqué, au moment du dépôt du rapport annuel de son agence, que les tribunaux ont ordonné l'an dernier que 200 millions d'euros soient rendus à l'État.

Son agence témoigne d'un taux de condamnation de 92 pour cent.

Mme Kösevi, qui est en poste depuis 2013, a mis en garde contre tout relâchement et prévenu que des vulnérabilités importantes persistent, ce qui constitue une menace pour la société. Les mécanismes de prévention et de lutte à la corruption doivent être maintenus en place, a-t-elle dit, autrement le fléau ne pourra que se répéter.

La ministre de la Justice Raluca Pruna a vanté le travail de la procureure de 42 ans et annoncé qu'elle obtiendra un nouveau mandat en mai.

Mme Kösevi a expliqué que les 135 procureurs de son bureau se concentreront cette année sur la corruption au sein du système judiciaire, la corruption locale, la corruption lors des acquisitions publiques et dans les soins de santé, et la fraude qui touche les fonds de l'Union européenne. Des efforts seront aussi déployés pour récupérer les pertes.

Le président Klaus Iohannis, le premier ministre Dacian Ciolos, des juges de premier plan, un diplomate américain et le chef de l'agence du renseignement s'étaient tous déplacés pour l'événement, qui était diffusé en direct à la télévision.

L'ancien premier ministre Victor Ponta est actuellement devant la justice pour une affaire de corruption, en lien avec ses agissements alors qu'il était avocat en 2007 et 2008. Il nie toute malversation.