NOUVELLES
25/02/2016 00:11 EST | Actualisé 24/02/2017 00:12 EST

Cambodge: des hélicoptères contre les trafiquants de bois

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen vient d'autoriser l'utilisation d'hélicoptères de combat pour sévir contre l'exploitation forestière illégale qui ravage les forêts cambodgiennes.

"Nous reconnaissons que la déforestation doit être punie. Je donne deux hélicoptères" à l'armée, a déclaré Hun Sen jeudi ajoutant qu'ils les avaient "autorisés à tirer des roquettes".

L'inamovible Premier ministre a précisé que l'Etat avait également confisqué près d'un million d'hectares de terres à des entreprises privées dans le but de mettre un terme à la déforestation illégale.

L'exploitation illégale de la forêt a provoqué l'effondrement des espaces forestiers dans le pays, de 73% du territoire national en 1990 à 46% en 2013, selon les Nations unies.

Cette question est très sensible dans le pays, où les organisations de défense des droits de l'Homme dénoncent une violence chronique et souvent impunie contre les militants.

Le gouvernement de Hun Sen est accusé d'avoir distribué sans discernement des centaines de milliers d'hectares de forêt, y compris dans des zones protégées, pour des projets qui vont de la canne à sucre au caoutchouc en passant par l'hydroélectricité.

En novembre, un garde forestier et un policier enquêtant sur des affaires d'exploitation forestière illégale ont été tués. Une dizaine de personnes, dont un soldat, ont été arrêtées pour ces meurtres.

Dans ce contexte, les écologistes observent avec scepticisme cette dernière annonce de l'homme fort du Cambodge.

Pour Ouch Leng, militant écologiste, Hun Sen a souvent fait des déclarations dans le domaine mais "l'exploitation forestière illégale a continué".

La demande de bois rares en provenance de Chine et du Vietnam est soupçonnée d'être à l'origine d'une grande partie de la déforestation dans la région du Mékong.

suy-tib/at