NOUVELLES
25/02/2016 08:06 EST | Actualisé 25/02/2017 00:12 EST

Après Paris, le PDG de Google a discuté concurrence à Bruxelles

Sundar Pichai, PDG de Google, a rencontré jeudi Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence, dont les services enquêtent contre le géant américain de l'internet pour abus de position dominante dans la recherche en ligne.

Officiellement, rien n'a filtré de cette discussion à Bruxelles, la première entre la commissaire danoise, connue pour son intransigeance, et M. Pichai, devenu directeur général de Google il y a seulement quelques mois.

"La commissaire Vestager a rencontré aujourd'hui Sundar Pichai, patron de Google", a déclaré laconiquement à l'AFP un porte-parole de la Commission européenne, Ricardo Cardoso. Même mutisme de la part du groupe américain.

En mars 2015, Eric Schmidt, alors patron de Google, avait rencontré à Bruxelles Mme Vestager.

Fin 2010, la Commission européenne avait ouvert une enquête antitrust contre le géant de l'internet. Cette dernière n'est toujours pas close malgré plusieurs tentatives pour obtenir un règlement à l'amiable: des solutions proposées par le géant internet ont été rejetées à trois reprises.

Mme Vestager avait fini par adresser au groupe l'an dernier une "communication de griefs", détaillant ses accusations. Elle reproche notamment à Google de favoriser "systématiquement son propre produit de comparaison de prix dans ses pages", par rapport aux services de comparaison de prix concurrents comme Kelkoo.

Google avait répondu fin août que les conclusions de Bruxelles étaient "erronées" et basées sur "une mauvaise évaluation du marché". Si aucun accord n'est trouvé, le groupe risque une amende de plusieurs milliards d'euros.

En plus de la première enquête sur la recherche en ligne, les services européens de la concurrence en ont ouvert une seconde en avril pour se pencher sur le système d'exploitation mobile du groupe, Android. Ce logiciel, utilisé par toute une série de marques, est installé sur plus de 80% des smartphones dans le monde.

Outre Mme Vestager, Sundar Pichai a également rencontré jeudi à Bruxelles le commissaire européen pour l'Economie numérique, Günther Oettinger, ainsi que le directeur de cabinet du président de la Commission Jean-Claude Juncker.

"C'était super de rencontrer à nouveau M. Pichai", a tweeté M. Oettinger, photos à l'appui, ajoutant qu'il était "heureux de pouvoir poursuivre les discussions lors de son voyage ces prochains mois aux USA".

Mercredi, M. Pichar était en France, où il avait notamment rencontré le ministre de l'Économie Emmanuel Macron.

Cette première visite en France par le nouveau PDG de Google a été quelque peu ternie par la perspective d'une amende fiscale de 1,6 milliard d'euros.

Le fisc français réclame en effet cette somme d'arriérés d'impôts au groupe californien, soit près de dix fois celle obtenue par la Grande Bretagne il y a un mois.

Interrogés par l'AFP, les services ministériels français concernés n'ont pas confirmé cette somme, invoquant "le secret fiscal". De son côté, Google n'a pas souhaité commenter cette information.

arp-clp/mad/cr

GOOGLE