BIEN-ÊTRE
24/02/2016 09:33 EST

Plaisir solitaire : sujet tabou pas uniquement dédié aux hommes

Piotr Stryjewski via Getty Images
DESIRE

« Ne te moque pas de la masturbation! C'est faire l'amour avec quelqu'un qu'on aime ». Cette célèbre citation de Woody Allen est l'une de celles qui parsèment L'Abécédaire du plaisir solitaire, petit bouquin fort sympathique écrit par Louis Émond et Caroline Allard. Une liste de mots et de définitions comiques née tout d'abord à la blague puis rapidement transformée en petit livre (de chevet?) destructeur de tabou.

Petit livre, vaste sujet

Connu comme auteur de littérature jeunesse, rien ne pressentait Louis Émond à écrire un livre sur un sujet aussi olé olé que la masturbation. « Tout est né d'un drôle d'échange avec des amis auteurs dans un salon du livre, affirme-t-il. Au départ, c'était une blague inspirée par le livre L'Abécédaire du pet de Philippe Béha. Mais, comme lorsque j'écris quelque chose je ne le fais jamais dans la demi-mesure, je me suis lancé dans cette blague à fond en me faisant rire moi-même tout en abordant un sujet qui est encore extrêmement tabou dans notre société. »

L'un des premiers commentaires de son éditeur, QuébecAmérique : proposer aux lecteurs une perspective féminine à tout ce comique matériel. Le nom de Caroline Allard (Les chroniques d'une mère indigne, Pour en finir avec le sexe…) s'est alors imposé de lui-même.

« Ils ont, semble-t-il, pensé instantanément à moi. Je ne sais pas trop ce que ça dit sur moi, explique la principale intéressée en riant. C'est soit flatteur, soit problématique. Comme j'ai fait de nombreuses chroniques et animé des émissions sur le sexe, ils se sont dit que je n'étais pas gênée de parler de sexualité et que je devais avoir des choses à dire au sujet de la masturbation. »

« Nous avons travaillé à l'image de notre thème, chacun de notre côté », ajoute Louis Émond, coquin.

« On ne se connaissait pas du tout et le tout premier courriel de Louis parlait de masturbation, ajoute Caroline. C'était assez étrange et plutôt comique. J'ai dit oui vraiment tout de suite, car ça me faisait vraiment rire comme projet. Je trouvais que ça prenait du guts pour penser à cela. »

« Les filles ont autant de choses à dire que les hommes sur le sujet, poursuit-elle. Oui, il y a une certaine gêne au départ, mais plus on en parle, plus on constate à quel point c'est quelque chose de normal, autant pour l'un que pour l'autre, et que ce sont sensiblement les mêmes choses qui nous font rire. »

C'est lorsque l'auteure animait à la télévision qu'elle s'est aperçue que le plaisir solitaire était un sujet de vox-pop plutôt impopulaire. Cela l'avait fait réfléchir. « Au fond, on n'a aucun repère par rapport à la masturbation. Comme on n'en parle pas souvent, on ne sait pas vraiment ce qui est «normal». Les gens sont gênés d'en parler parce qu'ils ont peur de ne pas faire la bonne chose ou d'être anormaux. Alors, c'était pour moi l'occasion de décomplexer le discours là-dessus et de démystifier les choses dans le rire. »

Comique et sérieux à la fois

Comique, L'Abécédaire du plaisir solitaire l'est assurément. Pourtant, certaines lettres devaient aussi porter à réfléchir, selon les auteurs. « H pour honte était pour moi un message important à passer, explique Louis Émond. J'y tenais absolument parce que pendant toute mon enfance et mon adolescence, c'était l'éducation qu'on recevait sur ce sujet: que c'était épouvantable, qu'il ne fallait pas jouer avec son corps… Je voulais enlever cela de la tête des gens. Si aujourd'hui j'étais père d'un adolescent ou d'une adolescente, je laisserais même trainer ce bouquin afin qu'il sache que c'est bien correct et que c'est normal de t'adonner à cela, que c'est une manière de découvrir ta sexualité. »

Le livre ne se veut donc ni un discours sur la normalité ni une explication de ce qu'il faut faire ou ne pas faire. Les auteurs avaient simplement envie que les gens le lisent et s'y reconnaissent d'une manière ou d'une autre. « Le seul sérieux de la chose est de s'être dit qu'on allait écrire quelque chose qui allait faire parler les gens d'un sujet qui, malgré tout, est encore tabou », dit Caroline Allard.

Chacune des 26 lettres de leur Abécédaire comporte ainsi deux définitions ou explications (une masculine et une féminine) coquines, mais non vulgaires, inspirées par le thème du plaisir solitaire. Des mots parfois évidents, d'autres comiques, surprenants ou intrigants.

Et puis, à travers tout cela, les dessins de Jimmy Beaulieu venus ajouter relief et fantaisie. « Ses dessins laissent respirer les mots, apportent un angle nouveau et permettent au lecteur de s'envoler vers une nouvelle piste tout en laissant libre cours à son imagination. C'est son interprétation à lui, comme Louis et moi avons eu les nôtres. »

Éloge réaliste de la masturbation tout d'abord imaginé pour un public adulte, L'Abécédaire du plaisir solitaire peut aussi très bien convenir aux adolescents croit son duo d'auteurs.

« Tout le monde est intéressé par le sexe à différents degrés. C'est rare de ne pas avoir une petite curiosité. Les jeunes vont en avoir et les plus vieux en ont vu d'autres et peuvent bien en rigoler. Ce livre est vraiment dédié à un large public. »

L'Abécédaire du plaisir solitaire de Louis Émond et Caroline Allard est en librairie depuis le 10 février.

Galerie photo 11 mythes sur le sexe qui vous compliquent la vie Voyez les images