NOUVELLES
22/02/2016 02:32 EST | Actualisé 22/02/2017 00:12 EST

Ouganda: l'opposant Kizza Besigye est de nouveau arrêté par la police

KAMPALA, Ouganda — La tension politique a augmenté d'un cran lundi en Ouganda, quand la police a de nouveau arrêté l'opposant Kizza Besigye dans la foulée d'une élection présidentielle qualifiée de frauduleuse par des observateurs internationaux.

M. Besigye a été interpelé au moment où il quittait sa maison, où il avait été assigné à résidence. Des journalistes de l'Associated Press ont vu des policiers le rudoyer et l'embarquer sans ménagement dans une camionnette aux vitres teintées, pour le conduire vers une destination inconnue.

M. Besigye tentait de se rendre à une rencontre de la commission électorale pour obtenir des résultats détaillés du scrutin présidentiel. Il a appelé à une enquête indépendante à laquelle participerait la communauté internationale.

Une porte-parole de la police a expliqué que M. Besigye a été arrêté pour l'empêcher de prendre la commission électorale d'assaut avec ses partisans.

Des observateurs impartiaux ont critiqué le recours du gouvernement à la police contre ses adversaires.

La commission électorale a annoncé samedi la victoire du président sortant Yoweri Museveni, avec 60 pour cent des votes contre 35 pour cent pour M. Besigye. Ces résultats n'incluent toutefois pas ceux de 1242 bureaux de scrutin, a dit un porte-parole de la commission, soit 4 pour cent du total.

Jotham Taremwa a affirmé à l'Associated Press que cela ne changera rien à l'issue du vote, mais les partisans de M. Besigye soulignent que ces résultats pourraient abaisser la marge de victoire du président. M. Museveni devait obtenire 50 pour cent des votes plus un pour échapper à un deuxième tour.

La mission d'observation de la communauté internationale juge toutefois que la commission électorale manque d'indépendance et de transparence.

Le président sortant de 71 ans a été élu pour une première fois en 1986. Il représente un allié important des États-Unis en matière de sécurité, surtout en Somalie.

M. Besigye est l'ancien médecin personnel de M. Museveni. Il a aussi été ministre adjoint de l'Intérieur dans son premier gouvernement. Il s'est toutefois dissocié de lui en 1999 en l'accusant d'avoir tourné le dos à la démocratie.