NOUVELLES
22/02/2016 08:07 EST | Actualisé 22/02/2017 00:12 EST

Oland: le juge LeBlanc estimait que plusieurs questions restaient en suspens

SAINT-JEAN, N.-B. — Le juge qui a présidé l'enquête préliminaire de Dennis Oland pour le meurtre de son père avait conclu que plusieurs questions étaient restées sans réponse dans l'affaire et que les policiers avaient conclu trop rapidement qu'Oland était le meurtrier.

Le juge Ronald LeBlanc a fourni plusieurs commentaires dans sa décision de 53 pages, rendue en décembre 2014, qui avait été frappée d'un interdit de publication jusqu'à la fin du procès.

Le juge LeBlanc estimait que la Couronne avait échoué dans sa tentative d'établir un motif pour le crime et que la conclusion de la police — arrivée seulement quelques heures après que le corps de Richard Oland eut été retrouvé — voulant que son fils soit responsable était injustifiée et irrationnelle.

Selon lui, plusieurs questions ont été laissées en suspens sur le cellulaire de Richard Oland, l'arme du meurtre, les bruits entendus par les gens qui étaient en-dessous du bureau de l'homme d'affaires, ainsi que la manipulation de la veste brune de Dennis Oland.

Or, au final, le juge a tranché qu'il devait demander à un jury bien informé de déterminer si Dennis Oland avait tué son père.

En décembre, Dennis Oland a été reconnu coupable du meurtre non prémédité de son père et il purge une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant dix ans.