NOUVELLES
22/02/2016 05:38 EST | Actualisé 22/02/2017 00:12 EST

Le pétrole ouvre en hausse en espérant un reflux de la production américaine

Les cours du pétrole ont ouvert en hausse lundi à New York après que l'Agence internationale de l'énergie a annoncé tabler sur une réduction de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis cette année et en 2017.

Vers 14H15 GMT, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars, dont c'était le dernier jour de cotation, gagnait 1,55 dollar à 31,19 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

L'AIE, agence spécialisée des pays de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), a indiqué lundi que la production quotidienne de pétrole de schiste, qui a placé les Etats-Unis au rang des poids lourds du secteur, devrait décliner nettement cette année et un peu moins en 2017.

"Cela confirme ce que nous avons vu avec le nombre de puits en activité, et cela redonne vie au marché", a déclaré Phil Flynn, chez Price Futures Group.

Vendredi, le groupe de services pétroliers Baker Hughes avait annoncé qu'il y avait 26 puits en activité de moins que la semaine précédente, ce qui ramènerait leur nombre total au niveau de décembre 2009 et pourrait être de bon augure quant à une baisse de la production permettant de commencer à rééquilibrer le marché.

La semaine dernière, le ministère américain de l'Energie avait indiqué que la production pétrolière nationale représentait quelque 9,135 milions de barils par jour.

Par ailleurs, M. Flynn a fait état de déclarations durant ces derniers jours venant de Russie et du Nigeria faisant état de progrès dans les discussions sur un gel de la production.

Le marché suit de très près les suites de l'accord annoncé la semaine dernière entre l'Arabie saoudite, membre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), et la Russie, deux membres du trio de tête des producteurs mondiaux avec les Etats-Unis, pour geler la production.

Plus généralement, les investisseurs sont très sensibles à tout élément permettant d'espérer que le déséquilibre actuel entre une offre surabondante et une demande en faible croissance finisse par se résorber.

"Ce n'est qu'en 2017 que nous observerons enfin un alignement de l'offre et de la demande, mais les stocks énormes accumulés freineront le rythme du redressement des prix", a indiqué lundi l'AIE dans son rapport sur le marché du pétrole à moyen terme.

Selon l'AIE, la production devrait augmenter de 4,1 millions de barils par jour (mbj) entre 2015 et 2021, principalement grâce à l'Iran et aux Etats-Unis, mais elle marquerait tout de même un fort ralentissement après la hausse de 11 mbj enregistrée entre 2009 et 2015, pénalisée par la chute des investissements dans de nouveaux projets face à la faiblesse actuelle des cours.

chr/jld/vog