NOUVELLES
22/02/2016 08:03 EST | Actualisé 22/02/2017 00:12 EST

Le gouvernement zimbabwéen prend le contrôle de deux mines de diamant illégales

Le gouvernement zimbabwéen a pris le contrôle de deux mines de diamant qui opéraient sans permis, a annoncé lundi le ministre des Mines Walter Chidhakwa lors d'une conférence de presse à Harare.

"Aujourd'hui (lundi) le gouvernement prend le contrôle des mines de Chiadzwa et de Chimanimani" dans la zone minière de Marange de l'est du pays, a indiqué le ministre.

"Le gouvernement demande à ces compagnies d'arrêter toutes leurs opérations, de mettre fin à leurs activités et d'abandonner les sites afin de coopérer avec leur reprise" par le gouvernement, a-t-il poursuivi.

L'an dernier, le Zimbabwe avait fait part de sa volonté de fusionner six entreprises - dont celles de Chiadzwa et Chimanimani - extrayant des diamants autour de la zone de Marange (est) au sein d'une seule entité publique, la Zimbabwe Consolidated Diamond Company.

Ce conglomérat avait été créé pour tenter de contrôler le marché clandestin de diamants qui prive le gouvernement zimbabwéen d'une précieuse source de revenus.

"Nous avons constaté que des compagnies opéraient illégalement car leurs permis ont expiré et n'ont pas été renouvelés ces quatre ou cinq dernières années", a affirmé le ministre.

"Le conglomérat est là pour créer une puissante compagnie zimbabwéenne capable de maîtriser et contrôler ses ressources diamantifères pour le bénéfice à long terme de la nation", a ajouté le ministre.

L'industrie diamantifère du Zimbabwe a fait l'objet de rapports d'organisation de défense des droits de l'Homme dénonçant des meurtres et des tortures de mineurs illégaux dans la région de Marange. Ces rapports avaient notamment conduit à un embargo sur les diamants de la zone de 2009 à 2011.

fj/pid/cpb/jhd