NOUVELLES
22/02/2016 07:43 EST | Actualisé 22/02/2017 00:12 EST

La Colombie-Britannique se dit troublée de la publication d'un livre sur Pickton

VANCOUVER — Le solliciteur général de la Colombie-Britannique estime que la publication d'un livre sur le meurtrier en série Robert Pickton est «profondément troublante».

Par voie de communiqué, Mike Morris a affirmé que son ministère, celui de la Sécurité publique, demandait au vendeur Amazon de retirer de son site le livre de 144 pages appelé «Pickton: In His Own Words» («Pickton: Dans ses propres mots», en français).

On ne sait pas si c'est vraiment Pickton qui a écrit l'ouvrage, mais M. Morris a indiqué que la province enquêtait pour s'assurer que l'homme de 66 ans, originaire de Port Coquitlam, n'en profitera pas de quelque façon que ce soit.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique juge fermement que les crimes ne paient pas, a ajouté le communiqué.

Selon le site du groupe Victims of Violence In Canada, seules les provinces de l'Alberta, de la Saskatchewan, de l'Ontario et de la Nouvelle-Écosse ont des règles pour déterminer si des contrevenants peuvent recevoir des profits relativement à leurs crimes — ce qui inclut les revenus tirés de la vente de livres.

Pickton purge actuellement une peine de prison à vie pour les meurtres non prémédités de six femmes. Il est détenu à l'établissement Kent, un centre de détention à sécurité maximale situé à Agassiz, à environ 120 kilomètres à l'est de Vancouver.