NOUVELLES
22/02/2016 05:52 EST | Actualisé 22/02/2017 00:12 EST

Kazakhstan: arrestation d'un ancien porte-parole présidentiel accusé de corruption

Le Kazakhstan a arrêté lundi l'influent directeur de l'Union des journalistes du pays et ancien porte-parole du président Noursoultan Nazarbaïev, l'accusant d'évasion fiscale et de détournement de fonds.

Selon l'agence anti-corruption du Kazakhstan, Seitkazi Mataïev et son fils Asset Mataïev, qui dirige l'agence de presse privée KazTAG, sont accusés d'avoir fait sortir du pays plusieurs millions de dollars via leurs actifs dans le secteur des médias entre 2011 et 2015.

Cette arrestation intervient alors que le Kazakhstan, le plus grand des cinq pays d'Asie Centrale, se prépare à organiser des élections parlementaires qui devraient renforcer la position du président Noursoultan Nazarbaïev, au pouvoir depuis près de 25 ans, et de son parti Nour Otan.

Dans un communiqué, Seitkazi et Asset Mataïev ont nié les accusations portées à leur encontre et estimé que leur arrestation était destinée à "faire pression" sur les médias du pays et "limiter la liberté d'expression".

Très célèbre au Kazakhstan, Seitkazi Mataïev a été le porte-parole de Noursoultan Nazarbaïev entre 1991 et 1993.

C'est notamment lui qui a annoncé aux journalistes, en décembre 1991, que "l'Union soviétique a cessé d'exister" après un sommet dans la capitale kazakhe de l'époque, Almaty, ayant acté la dissolution de l'URSS.

Elu président pour la première fois en 1991, Noursoultan Nazarbaïev a depuis été réélu à quatre reprises, la dernière fois avec 98% des voix en avril 2015. Ces élections n'ont jamais été reconnues comme libres et justes par les observateurs internationaux.

Le Kazakhstan pointe à la 161e place sur 180 dans le classement mondial 2014 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.

dr-cr/am/tbm/mr