NOUVELLES
21/02/2016 10:12 EST | Actualisé 22/02/2016 07:29 EST

Une facture salée pour les parents de jeunes hockeyeurs (VIDÉO)

Une mère de Carignan, en Montérégie, doit payer des frais d'inscription de plus de 3000 $ pour permettre à ses cinq enfants de jouer au hockey.

Un texte de Marie-Claude Pednault

Dans la famille de Marjorie Limoges, le hockey est une passion partagée et pratiquée par tous les enfants. Mais la situation pourrait changer en raison des frais d'inscription qui ont grimpé en flèche cette année. Mme Limoges devra débourser 3400 $ uniquement pour que ses jeunes puissent sauter sur la patinoire.

Cette famille vit à Carignan, une municipalité de la Montérégie qui a peu d'infrastructures de loisirs et qui ne possède pas d'aréna. Pour ces activités, c'est à Chambly que ça se passe.

« On va à Chambly pour tout. L'école secondaire, l'épicerie, la pharmacie, l'essence, tout est là. Pour nous, c'est normal qu'on aille là, tellement c'est proche. »

— Marjorie Limoges

Carignan a donc conclu une entente avec Chambly pour que les jeunes puissent pratiquer leur sport préféré. Mais les prix ont explosé, et la facture refilée par Chambly à la Ville de Carignan est passée de 55 000 $ à 150 000 $.

René Fournier, le maire de Carignan, est scandalisé par cette hausse. Par mesure d'équité, il refuse de faire assumer toute la facture à sa population. Les parents des jeunes doivent donc en payer la moitié, soit 75 000 $.

« Je passe pour celui qui est le mauvais gars justement, alors que je subis une facture que je n'attendais pas et qui est 265 % de plus chère qu'avant. »

— René Fournier, maire de Carignan

Cette situation n'est pas sans créer des tensions entre les maires des deux villes. Le maire de Chambly explique la hausse par le fait qu'il lui faut louer du temps de glace supplémentaire au privé afin de satisfaire les besoins des joueurs.

« Moi, je suis le maire de Chambly. Donc, je défends les intérêts de la ville de Chambly. S'il y a un coût pour prendre ou donner un service à une population qui n'est pas chamblyenne, il va falloir que ce coût-là soit assumé en totalité par cette population-là. »

— Denis Lavoie, maire de Chambly

La situation de Carignan est loin d'être unique. Près de 80 % des villes du Québec n'ont pas d'aréna. Le même débat a donc cours ailleurs, comme dans la région de Shawinigan, où la ville-centre a voulu imposer des factures salées aux localités avoisinantes. Ces dernières ont refusé en bloc de payer. Mais au cours des derniers jours, les maires ont accepté de rencontrer la Commission municipale du Québec pour poursuivre les discussions dans ce dossier.

Des Villes qui s'entendent

Mais certaines municipalités réussissent à s'entendre. C'est le cas des maires de Sorel-Tracy et des 11 localités environnantes.

« Moi, quand je suis allé m'asseoir avec eux sur ce sujet-là, j'ai dit : « On est condamnés à s'entendre. Il faut absolument qu'on s'entende. Et nous, Sorel-Tracy, on va faire tous les efforts pour satisfaire vos attentes. »

— Serge Péloquin, maire de Sorel-Tracy

Dans cette région, les frais d'inscription au hockey pouvaient varier d'un joueur à l'autre. Mais à force d'efforts des élus ont trouvé une solution. Depuis janvier 2016, les frais d'inscription sont les mêmes pour tous les jeunes hockeyeurs de la région de Sorel-Tracy, soit 310 $.

Pendant ce temps, à Carignan, Marjorie Limoges n'a toujours pas envoyé son paiement à la municipalité. Et pour la saison prochaine, sa famille et elle songent sérieusement à déménager ailleurs.

« Les familles ne jouent pas toutes au hockey, et c'est correct. Mais peu importe l'activité, le sport que veulent faire les enfants, il faut savoir si c'est disponible de façon abordable. »

— Marjorie Limoges

Regardez le reportage de Pierre Craig et de François Sanche le 23 février à l'émission La facture sur ICI Radio-Canada Télé.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST