NOUVELLES
21/02/2016 09:16 EST | Actualisé 21/02/2017 00:12 EST

Syrie: 62 morts dans des attentats au sud de Damas selon l'OSDH, l'EI revendique

Au moins 62 personnes ont été tuées et 180 autres ont été blessées dimanche dans des attentats près d'un sanctuaire chiite au sud de la capitale syrienne, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Revendiquant l'attaque, l'organisation ultraradicale Etat islamique a affirmé dans un communiqué que deux de ses kamikazes s'étaient fait exploser à Sayeda Zeinab, une localité qui abrite un mausolée considéré comme un haut-lieu du chiisme.

L'organisation n'a pas fait état d'un troisième attentat comme l'ont fait l'OSDH et la télévision d'Etat syrienne.

Selon l'OSDH, qui avait auparavant donné un bilan de 31 morts, "au moins 180 personnes ont été blessées, dont des dizaines se trouvent dans un état grave ou critique".

Un journaliste de l'AFP sur place a vu un amas de voitures calcinées et des débris de verre jonchant le sol dans la zone frappée. Les attentats se sont produits à 400 mètres du mausolée de Sayeda Zeinab, l'une des petites-filles du prophète Mahomet vénérées par les chiites.

Selon lui, au moins une soixantaine de magasins ont été dévastés.

Les attentats de Sayeda Zeina ont été menés quelques heures après une double attaque à la voiture piégée, également revendiquée par l'EI, dans un quartier à majorité alaouite à Homs, troisième ville du pays, faisant 59 morts selon un nouveau bilan de l'Observatoire.

Les alaouites sont une communauté issue du chiisme et dont est issu le président syrien Bachar al-Assad.

D'après Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH, l'EI, visé à la fois par les frappes de la coalition internationale menée par les Etats-Unis mais aussi par les frappes russes, veut envoyer un double message.

"C'est un message d'abord à la communauté internationale pour montrer qu'ils sont toujours puissants malgré les frappes", affirme-t-il à l'AFP.

Selon lui, l'EI profite aussi de l'affaiblissement des rebelles dans le nord de Syrie face à l'armée pour "montrer qu'ils sont les seuls capables de frapper le régime dans ses fiefs, ainsi que les chiites et les alaouites".

La Syrie est un pays à majorité sunnite mais le pouvoir en place depuis plus d'un demi-siècle est aux mains du clan alaouite des Assad. Le pays est ravagé par une guerre sanglante depuis près de cinq ans qui a fait plus de 260.000 morts et jeté plus de la moitié de la population hors de chez elle.

ram/hj