NOUVELLES
21/02/2016 07:22 EST | Actualisé 21/02/2017 00:12 EST

Le nouveau président centrafricain dit mesurer "le poids" des défis à relever

Faustin-Archange Touadéra, déclaré samedi président élu de la Centrafrique, a assuré dimanche "mesurer le poids de la charge" qui lui incombe pour redresser dans l'urgence un pays en ruine et profondément divisé par trois années de violences intercommunautaires.

"De manière souveraine, en toute liberté et en toute transparence, vous avez décidé de me confier la charge de la présidence de la République", a-t-il lancé à l'adresse des électeurs centrafricains devant la presse: "je vous remercie de m'avoir fait ainsi confiance. Croyez bien que je mesure le poids de la charge que vous venez de me confier".

"Votre confiance m'encourage à engager urgemment des actions de relèvement de notre pays, pour qu'il devienne un Etat prospère, juste et fraternel", a-t-il ajouté.

Pour le nouveau président, qui a obtenu 62,71% des suffrages contre 37,29% à son rival Anicet-Georges Dologuélé, selon les résultats officiels, "il reste maintenant le plus dur à faire, la reconstruction du pays dans l'unité, la paix, pour un développement durable", reconnaît auprès de l'AFP un de ses soutiens au second tour, Enoch Dérant Lakoué, lui-aussi ancien Premier ministre.

Dernier chef du gouvernement de l'ex-président François Bozizé dont le renversement en 2013 par la rébellion majoritairement musulmane de la Séléka a précipité le pays dans un cycle de tueries intercommunautaires, M. Touadéra hérite à 58 ans d'un très lourd passif, économique, sécuritaire et social.

- Exercice d'équilibrisme pour le président -

La Centrafrique, un des pays les plus pauvres de la planète malgré son potentiel agricole et minier, "est restée coupée un moment de ses recettes, du fait de sa mise en coupe réglée par les groupes armés qui se sont érigés en douaniers, cadres des impôts, etc", constate M. Lakoué.

Dans ce contexte, les marges de manoeuvre du nouvel élu apparaissent singulièrement limitées.

"Il est dans une position d'équilibriste au plan sécuritaire et il doit se livrer à un travail titanesque pour une relance économique", commente Achille Nzotènè, économiste, en rappelant la listes des dossiers brûlants qui attendent M. Touadéra: rétablissement de la sécurité, désarmement des combattants des diverses rébellions, refondation de l'armée, redressement de l'administration.

"S'il n'agit pas en bon joueur de Mikado, en tirant les baguettes sûres sans faire tomber les autres (...) le retour à la case départ sera fatal" dans un pays dont l'histoire est jalonnée de coups d'Etat, de rébellions, de mutineries depuis son accession à l'indépendance de la France en 1960, prévient M. Nzoténé.

Et comme ses prédécesseurs, le nouveau président sera largement dépendant de la communauté internationale pour assurer les fins de mois de l'Etat et sa sécurité. Dix mille Casques bleus et environ 900 soldats français sont actuiellement déployés en Centrafrique, sous perfusion financière des bailleurs.

"Un plan d'urgence est hautement recommandable, sur la base d'une offensive de charme en direction des bailleurs de fonds. Le pays manque cruellement d'argent", recommande d'ailleurs M. Lakoué.

- la paix à tout prix -

Face à cette montagne de défis, le principal atout de Faustin-Archange Touadéra reste la volonté affichée dans les urnes par les Centrafricains de voir la paix revenir.

Tout en dénonçant des "fraudes massives" au second tour, M. Dologuélé a d'ailleurs reconnu sa défaite dès samedi et promis de ne pas déposer de recours devant la Cour constitutionnelle qui doit valider les résultats provisoires. M. Touadéra a d'ailleurs souligné dimanche "le fair-play politique" de son adversaire, en l'assurant de son "amité"

Et même les électeurs de M. Dologuélé se disent prêts à soutenir une politique de paix du nouveau chef de l'Etat.

"Dieu a prévu ce qui est arrivé et on ne peut que se plier à sa bonne volonté. J'ai choisi Dologuélé, mais il n'est pas élu, ce n'est pas un motif de mécontentement, ni d'insurrection. Je vais soutenir mon nouveau président en veillant bien sûr à ce qu'il prenne le bon chemin", témoigne une commerçante de la capitale, Marthe Yakongolé.

Eric Nguia Tamale, étudiant, abonde dans ce sens: "nous devons dès à présent mettre de côté l'esprit partisan et opter tous pour le vivre ensemble et le développement. Le pays est par terre et personne d'autre ne viendra le relever si ce ne n'est les Centrafricains".

acp-mc/sba