NOUVELLES
21/02/2016 03:36 EST | Actualisé 21/02/2017 00:12 EST

Ban le 6 mars à Alger pour sa première visite consacrée au Sahara occidental

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon effectuera le 6 mars à Alger sa première visite consacrée au conflit du Sahara occidental, a annoncé dimanche le ministère algérien des Affaires étrangères.

"La visite du secrétaire général de l'ONU en Algérie le 6 mars prochain a été abordée samedi à Alger" entre le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra et l'envoyé personnel de Ban Ki-moon pour le Sahara occidental, Christopher Ross, qui effectue une tournée dans la région, a indiqué un communiqué du ministère.

"La question du Sahara occidental et les perspectives de son règlement ont été au centre des discussions, lesquelles ont également porté sur la préparation de la visite prévue les 6 et 7 mars prochain en Algérie du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon", selon la même source.

Il s'agit de la première visite dans la région de M. Ban consacrée au conflit du Sahara Occidental, alors que les Nations unies tentent sans succès depuis 1992 d'organiser un référendum d'autodétermination de ce territoire que se disputent le Maroc et les indépendantistes du Front Polisario, soutenus par l'Algérie.

Cette annonce intervient alors que le Polisario se prépare à célébrer dans des camps de réfugiés sahraouis à Tindouf, en territoire algérien, les 40 ans de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

Les entretiens entre MM. Lamamra et Ross, qui se sont déroulés au siège du ministère des Affaires étrangères, ont été élargis par la suite aux membres des deux délégations.

Christopher Ross avait déjà effectué en novembre dernier une tournée de dix jours dans la région pour faciliter les négociations entre les parties en conflit. Il avait notamment été reçu à Alger par le président Abdelaziz Bouteflika.

Le Sahara occidental est une ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc.

Rabat propose une large autonomie sous sa souveraineté pour ce vaste territoire de moins d'un million d'habitants tandis que le Polisario, soutenu par Alger, réclame un référendum d'autodétermination.

Une mission onusienne, la Minurso, est présente sur place depuis 1991 afin de veiller principalement au respect du cessez-le-feu entre le Maroc et le Polisario.

ao/cmk/nbz