POLITIQUE
18/02/2016 02:34 EST | Actualisé 18/02/2016 02:35 EST

Le Bloc lance une pétition pour prouver qu'il y a consensus contre Énergie Est

Bloomberg via Getty Images
Three sections of pipe sit on the ground during construction of the Gulf Coast Project pipeline in Atoka, Oklahoma, U.S., on Monday, March 11, 2013. The Gulf Coast Project, a 485-mile crude oil pipeline being constructed by TransCanada Corp., is part of the Keystone XL Pipeline Project and will run from Cushing, Oklahoma to Nederland, Texas. Photographer: Daniel Acker/Bloomberg via Getty Images

Le Bloc québécois lance une pétition contre le passage de l'oléoduc Énergie Est au Québec, une initiative qui, espère-t-il, prouvera qu'il y a consensus contre le projet dans la province.

Le bloquiste Luc Thériault se fait le parrain d'une pétition d'une citoyenne de Mascouche, Christiane Crevier, mère de trois enfants, qui dit vouloir agir pour les générations futures.

En point de presse, Mme Crevier a interpellé directement Justin Trudeau en évoquant les enfants du premier ministre, pour qu'il renonce à ce qu'elle a qualifié de "bombe à retardement".

"Oserez-vous leur dire à eux, vos propres enfants: désolé les enfants, je vous aime gros fort, mais pour papa, l'argent du pétrole c'est beaucoup plus important", a-t-elle lancé.

M. Thériault, flanqué notamment de la chef du Parti vert, Elizabeth May, a dit vouloir adopter une approche transpartisane sur cet enjeu. Il n'a toutefois pas tenté de contacter des libéraux, conservateurs ou néo-démocrates pour les convaincre de se joindre à lui.

Selon le député bloquiste, il est faux de prétendre que les Québécois sont divisés sur la question. Il s'en est pris notamment au conservateur Maxime Bernier, qui a brandi en Chambre un sondage selon lequel les Québécois préfèrent le transport de pétrole par oléoduc plutôt que par train.

M. Thériault a fait valoir que la construction de l'oléoduc Énergie Est de l'entreprise TransCanada ne signifiera pas qu'il y aura moins de pétrole qui circulera par rail ou par camion, mais bien qu'il y aura une augmentation de la production du pétrole.

Par ailleurs, les questions de ce sondage étaient décontextualisées, a-t-il ajouté.

"Québec vit un moment de vérité et on ne laissera pas le gouvernement ni aucune pétrolière prétendre que la voix des Québécois est divisée. Nous allons nous solidariser, nous allons parler d'une seule voix, quelle que soit la couleur du parti politique, a-t-il insisté. Nous allons être convaincants et on invite tout le monde à signer la pétition."

Voir aussi:

Galerie photo Comprendre les projets de pipelines Voyez les images