DIVERTISSEMENT
18/02/2016 11:29 EST | Actualisé 18/02/2016 11:30 EST

Mois de la Poésie 2016: Entre érotisme, slam et téléphone intelligent (PHOTOS)

Suzie Hamel

Les quelques fuites des dernières semaines ont laissé entrevoir que la 9e édition du Mois de la Poésie, qui animera la Capitale du 3 au 31 mars prochain, sera aussi éclatée qu’éclectique.

En tout, près de 300 artistes se partageront le spotlight en mars. Ces « poètes de toutes disciplines », pour reprendre les mots de la directrice artistique du festival Isabelle Forest, seront de la soixantaine d’activités prévues.

Le coup d’envoi sera lancé par un bal masqué érotico-littéraire, le 3 mars à la Chapelle du Musée de l’Amérique française. Des textes érotiques de toutes époques – dont des textes médiévaux et des morceaux signés Jean de la Fontaine – y seront récités par Émilie Turmel et Gabriel Robichaud.

Le 12 mars, le Studio P (280, rue Saint-Joseph Est) sera envahi par les mots de David Goudreault, premier Québécois sacré champion mondial de slam en 2011. Mais avant de l’entendre livrer des textes de son dernier album, La faute au silence, on pourra entendre le Bestove de Catherine Dorion et Thomas Langlois. La première s’est démarquée en 2009 et 2010 lors de la compétition nationale de slam. Le second est l’un des jeunes slammeurs les plus prometteurs de Québec.

Le Studio P accueillera également le metteur en scène Christian Lapointe et son texte Les jours gris, dont on a eu un aperçu au dernier Festival de théâtre de l’Université Laval. Une performance sous le signe du questionnement, du langage et du silence à voir le 26 mars.

Jean-Paul Daoust foulera les planches du Studio P avec Hélène Matte et Sonia Cotten le 19 mars avec son Dandy américain et les fées urbaines. Le spectacle exclusif au Mois de la Poésie propose un dialogue à trois enveloppé des conceptions sonores d’Érick d’Orion. L’invité d’honneur du festival sera également de la traditionnelle Nuit de la Poésie, le 21 mars, toujours au Studio P.

Galerie photoMois de la poésie 2016 Voyez les images


Jeunes artistes à bord

La relève ne sera pas en reste avec la présentation de quatre spectacles littéraires. D’abord, une version achevée de Mine bleue du Collectif Ressacs, d’abord présentée à l’Université Laval l’automne dernier (5 mars, Studio P).

Puis, La poésie sur un fil du Collectif Ramen, une soirée de création collective où l’usage du téléphone cellulaire est encouragé (9 mars, Studio P).

Enfin, le retour du collectif Exond&, dont le Normporn a été présenté à guichets fermés l’an dernier. Avec Unheimlich – « effrayant » en allemand – ils proposent une création multidisciplinaire sur l’angoisse et la peur (10 mars au Studio P).

En fin de festival, les trois collectifs se réuniront pour une ultime collaboration, un « Poésie Battle » avec créations en direct, performances et micro ouvert en fin de soirée. Le 24 mars au Studio P.

Nouvelle identité

En 2016, le Printemps des Poètes, organisme qui chapeaute la fête littéraire, devient le Bureau des affaires poétiques.

La nouvelle identité met fin à la confusion entre l’organisme culturel et son festival, clarifie Amélie Bolduc, chargée de communications pour le Bureau des affaires poétiques. Plus encore, c’est une façon de marquer l’évolution de l’organisme qui produit et diffuse de plus en plus de contenus à longueur d’année, poursuit la jeune femme.

« C’est pratiquement antinomique : comment on peut imaginer un Bureau des affaires poétiques ? C’est quelque chose qui ne se peut pas. En même temps, on se plaît à rêver. On se dit qu’on aurait peut-être besoin d’un ministère de la Poésie », a lancé tout sourire la présidente du conseil d’administration de l’organisme, Diane Martin.

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter