BIEN-ÊTRE
18/02/2016 09:55 EST

Dans le frigo de... Benoît Gagnon

Bien plus qu’une belle gueule, Benoît Gagnon est un touche à tout, un homme d’affaires avisé et un épicurien invétéré (il se définit lui-même comme un épicurien professionnel). Il partage son temps entre sa famille et l’émission Ski Mag à TVA Sports, il anime l’émission du week-end les samedis et dimanches matins à V, il est à Radio Énergie le week-end aussi ainsi que le Vice-président du développement affaires pour Chrono Aviation et le vice-président de P20 Productions, sa boîte de création dans l’industrie du jeu en ligne. «Je suis artiste et homme d’affaires et je l’apprécie et j’en suis content!», s’exclame-t-il.

Es-tu encore dans l’industrie de la restauration? (N.B. Benoît s’était associé au Chef Martin Juneau pour l’ouverture du bar gastronomique Commerce dans le Vieux-Montréal)

«Non, plus maintenant. Cependant, j’ai deux grands projets qui verront sûrement le jour en 2016. Moi mon rêve d’affaires ultime, c’est d’avoir un hôtel boutique bien tendance et le fun ici, à Montréal, avec un petit resto en bas d’une dizaine de tables et un petit lounge sympathique auquel s’attarder et prendre un verre.»

Je regardais ton compte Instagram... Est-ce que tu es quelqu’un qui cuisine ou es-tu tout le temps au restaurant?

«Ah non! Les deux, c’est tout le temps moi qui fais à souper lorsque nous sommes à la maison. La bouffe, c’est pour moi un grand, grand plaisir, y’a rien comme aller au restaurant et dire au chef, fais-moi découvrir tes plats, sers-moi ce que tu désires, j’ai beaucoup de respect pour les gars et les filles qui travaillent en cuisine. Il m’arrive souvent de m’organiser des voyages gastronomiques, combien de fois je suis allé à New York et j’ai mangé à trois restaurants différents pour souper, par exemple, en finissant à minuit au dernier endroit juste pour y prendre le dessert.»

Quelles sont tes spécialités culinaires?

«Toutes! C’est le fun, car mes deux enfants sont habitués à ça, ils ont donc une belle ouverture d’esprit, ils sont curieux. Ils n’ont pas le droit de me dire qu’ils n’aiment pas ça s’ils n’y ont pas goûté. Que ce soit des huîtres, des olives noires, «name it»! J’ai une recette de filet mignon hyper épicé, je fabrique mon propre mix d’épices. J’ai aussi une recette de thon un peu particulière que j’ai fait pour des amis ici chez moi pendant le Super Bowl en genre d’apéro pour aller avec des bulles. Mes amis ont capoté et ont passé à travers, j’ai dû aller en rechercher. Sinon, je fais une très bonne purée de pommes de terre, comme j’ai cuisiné hier soir, dont le secret est du beurre, encore du beurre et encore plus de beurre. Je pense avoir mis pas loin d’une livre de beurre dans mes patates, hier soir!»

As-tu tendance à inclure plus de poisson dans ta diète que de viande rouge, par exemple? Je crois apercevoir quelques pièces bien charnues de viande sur l’une des tablettes…

«Moi j’aime pas mal tout, mais c’est vrai que j’ai un penchant pour la viande et le poisson.»

…et pour le foie gras, que j’aperçois sur une des tablettes du bas.

«Il y a du foie gras tout le temps, tout le temps, à la maison! J’ai initié ma blonde et depuis elle capote. Si je n’en ai pas dans le frigo, elle ne me parle pas.»

Je remarque que tu as aussi du gras de canard, comment l’apprêtes-tu?

«J’adore le gras de canard, avec des patates, c’est extraordinaire. Tout ce qui est patates rissolées avec du gras de canard c’est juste… wow! Tu les pars à feu vif et tu les laisses frémir doucement dans le gras de canard afin qu’ils en prennent le goût, c’est fantastique, surtout avec un peu de piment d’Espelette et un peu de poivre».

Donc j’en déduis que tu n’es pas trop de type «shake» protéiné et jus vert?

«Ah oui, oui! Ça aussi. J’ai un heureux mélange de tout. Je suis un épicurien… Je ne sais pas combien de temps je serai de passage sur la Terre, mais pendant que je suis là, je me gâte.»

Décides-tu de ton menu quelques jours à l’avance ou es-tu plus du genre à faire tes courses chaque jour pour ton repas du soir?

«Mes parents m’ont donné l’habitude d’aller à l’épicerie tous les soirs. Je n’achète jamais le dimanche ma grosse épicerie pour la semaine tout en faisant des menus pour chaque soir. De un, ça m’emmerderait de savoir déjà le lundi ce que je vais manger ce jour-là et pour le mercredi ou jeudi soir… Ça, je ne pourrais pas… Ce serait la mort… Ça m’ennuierait. Le moment de la journée que j’ai pour moi et que j’aime, c’est la petite demi-heure où je passe faire mon épicerie le soir quand ma journée est terminée. D’aller là et de tripper, de flasher sur un morceau de volaille ou de voir une coupe de viande trippante, je pars toujours de ma protéine et là je crée à partir de ça».

Y a-t-il des commerces que tu affectionnes?

«Il y a une épicerie italienne à Boucherville qui est le fun, j’ai Valmont à trois minutes de la maison et je suis à 15 minutes du centre-ville donc si je veux aller à La Mer me chercher un beau morceau de poisson, je peux. J’aime beaucoup aller me chercher des petits trucs dans la petite Italie et passer par les marchés montréalais aussi.»

As-tu des coups de cœur gastronomiques présentement?

«Je suis très, très, très ananas. Je me promène beaucoup ces temps-ci dans le poisson. J’ai vraiment un trip de fruits de mer ces derniers temps. Ça et les bulles. Je suis très bulles. J’adore cuisiner avec du piment d’Espelette, le curry, la cannelle, j’adore le beurre, la coriandre. J’ai eu la chance de passer 5 mois de ma vie à Buenos Aires, en Argentine, où ils servent toujours du chimichurri, que tu es supposé prendre avec chaque bouchée de steak ou de poulet. Le chimichurri est fantastique, je fais le mien et j’en donne même à mes amis, je pourrais en mettre sur mes rôtis le matin tellement j’aime ça.»

Justement, je m’en allais te poser la question suivante : quels sont tes vices culinaires?

«Eh la la… y’en a plein! Le foie gras une fois de temps en temps, les bulles le plus souvent possible, j’aime beaucoup cuisiner tout ce qui est viande, viande que je sers soit chaude, tiède ou froide. Mon plus gros vice en cuisine, c’est égoïste; c’est de me faire à manger moi-même.»

Je vois des probiotiques dans l’une de tes portes de frigo et deux jus «Magic Healer» je crois… Quels sont ces jus?

«C’est Jus Pur, c’est mon ami Elvio qui fait cela. Mon ami Kris Letang, qui joue pour les Penguins de Pittsburgh, dès qu’il vient à Montréal, il va directement là. Ils sont sur l’Avenue Bernard, je crois, d’habitude ils me les livrent. Elvio est aussi professeur à l’ITHQ. Ça n’a juste pas de maudit bon sens comment c’est bon! L’emballage est malade. Marilou de «Trois Fois Par Jour» aussi va là… C’est juste fantastique. Ma blonde a acheté un «juicer» et a dit qu’on se ferait des jus verts. C’était tellement dégueulasse», s’exclame-t-il en riant. «Ça, c’est tellement bon! Les probiotiques sont aussi à moi, je commence ma journée et j’enfile une dizaine ou une douzaine de suppléments, tout le temps. Moi je surveille beaucoup ce que je mange, mais en même temps, je ne deviens pas fou non plus. Si je veux une barre Mars avec un Coke, je vais prendre une barre Mars avec un coke.»

VOIR AUSSI :

Galerie photo Quelle est la durée de conservation des aliments? Voyez les images