NOUVELLES
17/02/2016 04:36 EST | Actualisé 17/02/2016 04:51 EST

Le pape conclut son voyage au Mexique avec une visite à des prisonniers

MÉXICO _ Le pape François concluait mercredi son voyage de cinq jours au Mexique avec deux événements très attendus: une visite à une prison de Ciudad Juarez et un arrêt le long de la frontière entre le Mexique et les États-Unis pour parler des migrants.

Il a aussi rencontré des ouvriers mexicains, des associations communautaires et des employeurs, prévenant que Dieu jugerait ceux qui exploitent des travailleurs et font d'eux des "esclaves de l'ère moderne" pour leur propre profit. Il devait renouveler son appel pour un emploi digne pour tous et pour "la terre, le travail et le logement".

La tournée mexicaine du pape a accordé une très grande importance aux injustices que doivent affronter les Mexicains les plus pauvres et les plus vulnérables dans un pays ravagé par la violence associée au trafic de drogue. Il a tenté de réconforter les plus démunis tout en dénonçant les leaders politiques et religieux qui ne travaillent pas pour le bien du peuple.

Le pape insiste pour visiter une prison pratiquement lors de chaque déplacement à l'étranger. Il s'intéresse depuis longtemps au sort des détenus et croit que les membres les plus démunis de la société ont eux aussi droit à la dignité.

Il a dénoncé les détentions avant procès excessives, qualifié les peines de prison à vie de "peines de mort camouflées", et demandé l'abolition mondiale de la peine capitale. Même s'il est aujourd'hui pape, il continue de s'intéresser aux détenus qu'il a rencontrés alors qu'il était archevêque de Buenos Aires.

Lors de ses visites en prison, le pape incite souvent les détenus à ne pas perdre espoir, en leur rappelant qu'il a lui aussi péché mais que ses fautes lui ont été pardonnées. Il critique la surpopulation des pénitenciers, le rythme lent de la justice et l'absence de réhabilitation. Il demande également aux détenus de ne pas laisser leur souffrance les mener à la violence _ un message qui prend une nouvelle ampleur après que 49 personnes eurent été tuées la semaine dernière, lors d'une sanglante émeute dans une prison de Monterrey.

La prison de Ciudad Juarez que le pape a visitée est relativement calme, mais la ville autour d'elle a longtemps été considérée comme la capitale mondiale des homicides.

Le pape François a affirmé aux quelque 700 détenus réunis dans la chapelle de la prison qu'ils ne pouvaient pas effacer le passé. Mais il a ajouté que ceux-ci devaient croire que les choses pouvaient changer, et qu'ils avaient l'occasion d'"écrire une nouvelle histoire et d'aller de l'avant".

"Vous avez connu la force de la douleur et du péché, et n'avez pas oublié qu'il y a à votre portée le pouvoir de la résurrection, le pouvoir de la miséricorde divine qui apporte un renouveau à toutes choses", a dit le pape.

Le souverain pontife a appelé les détenus à utiliser leur expérience en prison pour le bien, pour aider à mettre fin au cycle de violences qui a écorché le Mexique ces dernières années.

Le pape a également visité la frontière entre le Mexique et la ville texane d'El Paso, où il devait offrir sa bénédiction aux migrants qui se trouvent de l'autre côté et prier pour ceux qui ont perdu la vie en tentant de rejoindre les États-Unis.

La migration est un thème cher au souverain pontife. Il a appelé les pays à accueillir les gens fuyant la pauvreté et l'oppression et a dénoncé ce qu'il a qualifié de "mondialisation de l'indifférence" à l'endroit des migrants.

Sa visite prenait fin avec une importante messe en plein air.

Galerie photo Le nouveau pape François Voyez les images