BIEN-ÊTRE
17/02/2016 12:26 EST

Une soirée en Italie au nouveau restaurant Fiorellino

Courtoisie

C'était un mardi soir de verglas sur Montréal et pourtant, le Fiorellino était fort animé. Petit nouveau restaurant italien s'étant implanté, il y tout juste deux mois, à l'angle des rues de la Gauchetière et Saint-Alexandre, « la petite fleur » charme autant par son décor chaleureux et contemporain que par ses plats qui goûtent le plus doux de l'Italie.

L'Italie une bouchée à la fois

Un spritz à la main, c'est la tiédeur du décor du Fiorellino qui séduit tout d'abord. Le côté-bar/comptoir à sandwichs et à desserts avec ses tables hautes, son plancher aux logos façon 3D, ses murs en lattes de bois et son bar surmonté de rangées de bouteilles de Campari. Puis, de l'autre côté du mur vitré, la longue table de bois placée sur la petite mezzanine offrant un point de vue unique sur le long îlot immaculé et sur la salle toute de blanc, de bois et de jolies lampes vêtue. Difficile de faire plus dans nos goûts, alors que nous pouvons apercevoir l'agitation en cuisine et tout autour du traditionnel four à pizza napolitaine, que l'on coupe le pain frais et l'énorme pièce de viande fumée directement devant les clients sur le long îlot central et qu'on me fait découvrir, avec un plaisir évident, bon nombre de savoureux vins importés d'Italie.

« Les midis de semaine sont bondés et les soirs sont un peu plus calmes, plus intéressants pour prendre un verre et manger tranquillement en amoureux ou entre amis, m'explique le chef québécois d'origines italiennes Erik Mandracchia (anciennement de la cabane à sucre Le Pied de Cochon et de Bremmer). Les matins en semaine, nous proposons des viennoiseries maison et du café provenant d'une petite compagnie italienne qui sélectionne ses grains de café à la main. Parce qu'un vrai petit-déjeuner italien est composé d'un petit dessert sucré et d'un bon café. On espère que les gens aimeront ce concept qui se rapproche de la petite vie italienne de quartier. »

Pour le chef québécois dont la famille est originaire de la Sicile, la fierté de proposer des produits faits à la main et un menu inspiré par les produits frais du Québec se fait autant sentir dans les paroles que dans l'assiette. « Nos viennoiseries, notre pain, tout est fait quotidiennement à la main. Si on met un pain ou une brioche dans l'assiette, ils ont été faits ici. »

« On travaille beaucoup avec les produits locaux, alors le menu est appelé à changer selon les saisons et la disponibilité d'aliments frais. Chaque matin, 7 jours sur 7, je me rends au marché Jean-Talon afin de sélectionner les produits les plus frais. Les champignons et les courges du menu de ce soir, c'est ce qu'on retrouve de plus frais à cette période au Québec. Le menu est vraiment simple: beaucoup d'huile d'olive et beaucoup de citron. C'est basic, quand tu goûtes, tu sais que c'est italien, car c'est subtil et c'est le plus frais possible. »

« Certaines recettes proposées à l'heure du lunch viennent de ma mère, de ce qu'elle me cuisinait quand j'étais jeune. Par exemple, les poivrons rôtis, la polenta ou encore les pâtes et les viandes classiques. Les Italiens qui viennent ici disent retrouver un peu d'Italie, alors que certains autres clients nous disent “Je n'aurais pas pensé que ce plat pouvait être italien”. C'est agréable à entendre, car la gastronomie italienne, c'est plus que des boulettes de viande. C'est une cuisine tout en finesse qui évolue un peu chaque jour. »

Dans sa cuisine, le chef est entouré de nombreux Italiens. « Je suis presque le seul Québécois, dit-il en souriant. J'ai avec moi des gens qui viennent de tout au bout de l'Italie jusqu'à la Sicile. Chacun apporte sa touche personnelle et une façon de faire qui lui est propre. Tous ensemble, on forme une belle équipe. »

Si dans son four à pizza traditionnel de Naples, les pizzas à pâte mince cuisent en une quarantaine de secondes, il n'y a pas que de la pizza à se mettre sous la dent au Fiorellino.

« C'est un menu à partager entre amis de façon à goûter plusieurs plats différents. Une pizza, des pâtes, une viande ou deux, des entrées. On a de l'agneau (le carré d'Agnello fond littéralement dans la bouche), des poissons. Même les gens qui font attention à leur ligne peuvent venir manger un carpaccio de courge (miam), une salade de champignons (divine!), du poulet de Cornouaille ou de légers gnocchis pomodoro apprêtés sans pommes de terre (succulent!)… Nous travaillons aussi un menu de pâtes sans gluten à venir. »

Le restaurant Fiorellino est situé au 470 de la Gauchetière Ouest à Montréal.

Pour plus d'informations sur le menu et les heures d'ouverture: http://www.fiorellino.ca/

Galerie photo Le restaurant Fiorellino Voyez les images