BIEN-ÊTRE
17/02/2016 11:03 EST | Actualisé 17/02/2016 11:03 EST

L'ex-modèle Madison Schill dévoile le côté malsain du mannequinat

En 2013, le mannequin Madison Schill quittait l’industrie qui l’a rendue malade. Frêle, incapable de se conformer aux standards irréalistes du mannequinat, elle s’est confié au magazine Glamour sur son histoire qui ressemble à celle de bien d’autres mannequins.

Aujourd’hui rédactrice pour le magazine Elle Canada, elle s’est laissée prendre au jeu du mannequinat assez jeune, pour obtenir, au plus haut de son succès, 43 défilés pendant le mois de la mode. C’est ce succès qui l’a menée à perdre du poids. « J’ai commencé à tenir des journaux de ce que je mangeais et je perdais du poids à vitesse grand V, même si ça ne semblait jamais assez », confie-t-elle dans l’essai écrit pour le Glamour.

Constamment sous pression, elle raconte comment son agent encourageait son mode de vie malsain. « Mon agente à Manhattan m’a appelée dans son bureau pour me demander si je buvais du beurre comme de l’eau, le tout pendant qu’on lisait mes mensurations à voix haute, explique-t-elle. D’abord le buste, puis la taille et le plus stressant, les hanches (pour les mannequins, les hanches sont toujours les mensurations les plus préoccupantes – trop grosses, trop osseuses, trop rondes). »

Une carrière qui était d’abord un rêve s’est transformée en cauchemar. « Ma vie n’était qu’une suite de “et si”. Et si je restais mince, je resterais pertinente », avoue-t-elle. Après un peu moins de deux ans de ce régime, Schill a quitté le domaine, soutenue par ses parents, pour se lancer dans l’écriture. Elle travaille aujourd’hui pour plusieurs magazines et souhaite montrer aux gens qu’elle est restée forte, malgré les épreuves. « Personne ne me regardait comme un échec, dit-elle. Ils me regardaient comme une battante.»

» Abonnez-vous à l'infolettre quotidienne du HuffPost Québec Style

Galerie photo Ces actrices et mannequins à la beauté non-conventionnelle Voyez les images