DIVERTISSEMENT
17/02/2016 10:35 EST

«Après»: L'auteur d'«Aveux» et «Apparences», Serge Boucher, fait son retour au Théâtre d'Aujourd'hui (ENTREVUE)

Jocelyn Riendeau

Quelques années après avoir fait une entrée remarquée dans le monde de la télévision avec les téléséries Aveux et Apparences, qui ont remporté le prix Gémeaux de la « Meilleure série dramatique » en 2010 et en 2012, l’auteur Serge Boucher retrouve ses aises au théâtre. Dans la pièce Après, il explore la rencontre extraordinaire entre un meurtrier et l’infirmière obligée de le soigner, interprétés par Maude Guérin et Étienne Pilon.

S’il a longtemps cru que son expérience en écriture dramaturgique le servait à la télé bien plus que l’inverse, Serge Boucher réalise peu à peu que ses détours au petit écran sont en train de transformer sa plume théâtrale.

« En écrivant ma dernière pièce, j’ai commencé à sentir une influence de la télé. J’ai longtemps cru qu’il fallait moins dire les choses à la télévision, parce que la caméra capte à peu près tout. Mais au contraire, à un moment donné, tu n’as pas le choix d’expliquer, de dire les choses très clairement et de répondre à pourquoi, pourquoi, pourquoi! À l’inverse, au théâtre, j’ai surtout écrit le théâtre du non-dit, avec des pièces où les personnages prennent toujours des détours au lieu de parler directement des choses. Mais avec ma pièce Après, j’ai eu envie de me décoller du non-dit et des faux fuyants. »

Avec Après, l’auteur aborde de front le lien qui se tissera, ou non, entre un homme accusé du meurtre de ses deux jeunes enfants et la femme qui lui prodigue des soins, alors qu’il attend son procès. « La pièce pose une série de questions sur l’éthique : qu’est-ce que l’infirmière fait là? Pourquoi elle le soignerait? Est-ce qu’il va toujours rester un monstre? Même s’il a commis le pire, peut-il lui apporter quelque chose? »

La réunion de ces deux êtres dépeint également ce qui survient quand prend fin le cercle médiatique entourant les crimes qui marquent l’imaginaire. « Lorsque la folie médiatique est terminée, qui pense à ces gens-là? Malgré ce qu’ils ont commis, ces monstres ont encore un cœur qui bat. Ils sont vivants. Présents. Alors qu’est-ce qu’on fait avec eux?

Le grand public ne pense pas aux avocats qui les défendent, aux gardiens qui les surveillent ou aux professionnels de la santé qui les soignent. Nos pensées vont évidemment à leurs victimes, avec raison. Mais j’avais envie de placer la pièce sous un autre angle : tu fais quoi quand tu te retrouves devant l’horreur? »

Une question légitime qui lui est restée en tête après avoir lu L’Adversaire, un roman dans lequel l’écrivain français Emmanuel Carrère raconte l’histoire – vraie – d’un homme ayant tué sa femme, ses deux enfants et ses parents, et dans laquelle on assiste à sa rencontre avec une institutrice en prison, le temps d’une page. Plus de deux décennies après cette lecture, Boucher a eu connaissance, comme le reste du Québec, des histoires-chocs de Guy Turcotte et de Cathy Gauthier-Lachance

Des cas dont il s’est « inspiré » pour écrire sa pièce, sans toutefois chercher à influencer la perception du grand public à leur égard. « J’avais quelque chose à montrer, que je suis incapable de qualifier, et les gens s’arrangeront avec ça. Je ne suis pas là pour juger quoi que ce soit. Je montre qu’il y a peut-être un humain derrière le monstre, mais si on est d’accord ou non avec moi, ça ne me préoccupe pas. Je veux montrer une réalité assez forte, assez juste et assez creusée pour que les spectateurs poursuivent leur réflexion et se fassent leur propre idée. »

Partisan des histoires coups de poing, au théâtre comme à la télévision, Serge Boucher verra sa troisième télésérie se tourner au printemps et à l’été, sous la réalisation de Claude Desrosiers, qui avait également dirigé Aveux.

Dans Feux, qui sera diffusée à Radio-Canada, on retrouvera la victime d’un énorme incendie dans sa jeunesse. Des années plus tard, alors qu’il est devenu agent d’immeubles, il croisera la femme qui le gardait quand il était petit, au moment de l’incendie. Il réalisera alors que le feu n’était pas accidentel… « C’est une rencontre où le passé et le présent s’alternent. Une série qui repose encore une fois sur un élément : on veut savoir ce qui s’est passé! »

Mise en scène par René Richard Cyr, la pièce Après sera présentée au Théâtre d’Aujourd’hui du 23 février au 19 mars 2016. Cliquez ici pour plus de détails.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST