NOUVELLES
17/02/2016 08:15 EST | Actualisé 17/02/2016 08:15 EST

Essai routier BMW Série 7 2016 : toujours plus (PHOTOS)

LuxuryCarMagazine.com

Il y a des consommateurs qui en demandent toujours plus. Plus de luxe, plus de prestance et plus de technologies. Il y en a pour qui une voiture n’est pas simplement un outil pour se rendre du point A au point B, mais bien une preuve du succès et de la réussite financière. C’est pour ces consommateurs que des modèles comme la BMW Série 7 2016, ou BMW 750i xDrive si vous préférez, existent.

Si l’on exclut les marques anglaises comme Bentley et Rolls Royce, ou encore la Mercedes-Maybach provenant de l’Allemagne, la BMW Série 7 et ses rivales que sont les Audi A8, Mercedes-Benz Classe S, Maserati Quattroporte, Cadillac CT6 et Lexus LS représentent le summum en matière de berlines de luxe.

LIRE AUSSI : Une Bentley 100 % électrique?

C’est dans ces modèles que vous retrouverez les plus récentes technologies développées par leurs constructeurs respectifs, et c’est généralement dans ces modèles que vous retrouverez le plus grand raffinement et le confort le plus souple.

La BMW Série 7 existe depuis 1977, mais plusieurs se souviendront plus particulièrement de la quatrième génération introduite en 2002. Cette dernière était dessinée par un certain Chris Bangle qui, d’un coup de crayon, a mis la lumière sur le segment des berlines de prestige comme jamais auparavant.

Généralement oubliées sauf de ceux qui peuvent se les permettre, les berlines de grand luxe passent inaperçues sur la route la plupart du temps. Mais le style de la BMW Série 7 2002 a changé la donne quelque peu. L’opinion publique sur le style était loin d’être favorable (c’est dire la chose poliment), mais personne ne pourra dire que BMW n’avait pas pris de risques et surtout, n’avait pas insufflé une personnalité certaine à un modèle qui était plutôt anonyme.

Plus d’une décennie plus tard, le style de la BMW Série 7 est moins remarquable, mais on la reconnait tout de même au premier coup d’œil. La nouvelle génération dévoilée cette année ne fera toujours pas tourner les têtes, mais elle a le mérite d’être suffisamment différente des Série 3 et Série 5 pour retirer tous les doutes sur l’épanouissement financier de son propriétaire. Il s’agit d’une réalité importante puisque, si nous voulons être francs, il devient de plus en plus difficile de différencier une Mercedes-Benz Classe S d’une nouvelle Classe C, ou encore une A8 d’une A4.

Quand nous dépensons plus de 100 000 $ pour notre voiture, cela devient une considération.

Longue ou très longue

Pour la BMW Série 7 2016, c’est plus précisément 113 900 $ plus les taxes et frais de préparation qu’il faudra déposer sur la table pour la version à empattement régulier, et 117 900 $ pour la version à empattement allongé. Dans les deux cas, vous aurez droit à un espace plus que suffisant pour les jambes aux places arrière, mais le modèle allongé peut se vanter d’accueillir à peu près n’importe quel adulte à l’arrière pour une période prolongée en tout confort.

Dans notre modèle d’essai, les sièges arrière étaient dignes de la classe affaires dans un avion. Une tablette mobile pouvant se retirer était logée entre les deux sièges d’un confort exceptionnel. Cette dernière permettait de contrôler une panoplie de fonctions, dont le massage et la position des sièges. Ceux-ci sont chauffants et ventilés, et d’une simple pression d’un bouton il est possible d’avancer le siège du passager avant et allonger celui à l’arrière et descendre un repose-pied, question de bien se reposer.

Si l’on veut travailler, il est possible de monter les pare-soleils recouvrant les vitres latérales et arrière, et sortir une petite table très utile pour un portable. Chaque passager contrôle sa climatisation, et il y a même une fonction qui peut changer l’odeur de l’habitacle selon plusieurs parfums différents.

Il est possible d’accéder à internet à l’intérieur grâce à une connexion WiFi intégrée, ou écouter des films (en plus de plusieurs autres fonctions) sur les deux écrans arrière. La nuit, une lumière d’ambiance songée et unique crée un effet spectaculaire impossible à décrire, mais qui a été remarqué immédiatement par tous ceux et celles qui l’ont vu lors de ma semaine d’essai.

Puis il y a la clé intelligente. De la taille d’un petit cellulaire et doté d’un écran, elle permet de vérifier si les portières sont verrouillées ou de programmer une heure quelconque pour le démarrage de la voiture. Appelons cela un démarreur à distance de luxe.

Une technologie de contrôle gestuel permet de naviguer les systèmes d’infodivertissement sans jamais toucher à un écran. Si quelqu’un appelle, par exemple, on pointe l’écran pour répondre ou on bouge la main horizontalement pour refuser.

Oui, c’est difficile à expliquer, je ne vous le cache pas. La BMW Série 7 2016 dans son ensemble regorge de technologies qu’il faut voir de ses yeux pour bien comprendre. C’est ce genre de véhicule et si votre seul et unique souhait est d’impressionner les voisins, difficile de faire mieux.

Toujours l’agrément de conduite

La réputation de BMW repose énormément sur l’agrément de conduite offert par ses modèles. Peu importe si la Série 7 est une berline de prestige qui sera parfois conduite par un chauffeur, elle doit être amusante et dynamique. Malgré la taille de la voiture, la marque allemande a préservé un plaisir certain derrière le volant.

Sous le capot, un moteur V8 biturbo de 4,4 litres est le seul au menu à l’heure actuelle. Un six cylindres biturbo viendra s’ajouter, tout comme une version hybride et une version Alpina beaucoup plus performante éventuellement. Le V8 propose quant à lui 445 chevaux ce qui est amplement suffisant pour dépasser la majorité des voitures sur la route.

On ne manque de rien dans la BMW 750i 2016, surtout pas de puissance. Mais les accélérations s’effectuent de façon linéaire et posée, et la montée en vitesse se remarque à peine. C’est le genre de voiture dont il faut se méfier, car l’on atteint facilement 140 km/h ou 150 km/h sur l’autoroute sans jamais s’en rendre compte.

Ce qui démarque la voiture de ses rivales, c’est sa tenue de route. Ce n’est pas le genre de véhicule que l’on conduit sur une piste, mais nous pourrions le faire si l’envie nous prenait. Sinon, nous pouvons simplement nous laisser bercer dans un confort somptueux et un silence de roulement exceptionnel.

Aucun doute, la BMW Série 7 2016 est la plus avancée de son segment sur le plan technologique. Un tantinet moins somptueuse qu’une Mercedes-Benz Classe S ou une Lexus LS, elle compense en étant plus agréable à conduire que l’ensemble de sa compétition, et beaucoup plus impressionnante à l’intérieur. Il lui manque peut-être quelques versions pour rivaliser avec Audi et Mercedes-Benz, mais cela ne tardera pas non plus. De toute façon, la majorité des consommateurs, même les plus exigeants, seront comblés avec la 750i xDrive.

Galerie photo Essai routier BMW Série 7 2016 : toujours plus Voyez les images