POLITIQUE
16/02/2016 06:57 EST | Actualisé 16/02/2016 06:57 EST

Anglais à Longueuil: le chef de l'opposition persiste

Romain Lamour/Radio-Canada.ca

Huit mois après la controverse sur l'usage de l'anglais, rien n'a changé au conseil municipal de Longueuil. Le chef de l'opposition Robert Myles maintient son habitude de traduire tout ce qu'il dit dans les deux langues et il réclame encore que la Ville offre des services bilingues. Une nouvelle séance aura lieu ce soir.

Un texte de Thomas Gerbet

Robert Myles est toujours aussi peu à l'aise en français. Lors du dernier conseil, il a tenté six fois de prononcer l'adjectif « agréable », sans y parvenir. « Whatever » a-t-il conclu, avant d'abandonner.

Ce qu'il n'abandonne pas, en revanche, c'est sa lutte pour un Longueuil bilingue. Le chef de l'opposition accuse la Ville de « discrimination » à l'égard de la minorité anglophone, particulièrement envers celle de l'arrondissement Greenfield Park où il est élu. Lors du conseil de ce soir, il continuera de cogner sur ce clou, indique son cabinet.

La question de la langue d'usage à Longueuil a fait couler beaucoup d'encre à travers le Canada. En juin 2015, la mairesse Caroline St-Hilaire avait été menacée de mort après avoir dénoncé « des trous » dans la loi 101 qui, selon elle, laissent le champ libre aux partisans du bilinguisme.

Nouveaux reproches

Robert Myles reproche à la municipalité de ne pas avoir publié d'information en anglais sur son site web quand des quartiers ont été touchés par des avis de faire bouillir l'eau en décembre. C'est une question de santé publique et de sécurité, selon lui.

Le chef de l'opposition dénonce aussi que les traductions soient à sens unique durant les consultations publiques. Une personne traduit en français ce qui était dit par un citoyen en anglais, mais pas l'inverse.

« La petite politique que la Ville joue avec la langue anglaise doit cesser. »

— Robert Myles, chef de l'opposition au conseil municipal de Longueuil.

Lors du conseil du 8 décembre, il a dénoncé cette situation, parlant de « beaucoup de manque de respect » et que « certains citoyens sont plus égaux que d'autres ». Le 17 novembre, il a reproché à la Ville qu'une pancarte d'information était en français uniquement, alors que, selon lui, il y avait assez de place pour ajouter une traduction anglaise.

Population de Longueuil : 230 000

  • 96 % comprennent le français
  • 3 % ne comprennent que l'anglais
  • 1 % ne comprennent ni le français ni l'anglais

(Source : Recensement 2011 de Statistique Canada)

Lors du conseil municipal du 19 janvier, la présidente Nathalie Boisclair lui a répondu qu'à Longueuil, « tout ce qui se passe au conseil ou en consultation publique se déroule en français ». Si un citoyen veut s'exprimer en anglais, ses propos seront traduits en français pour tout le monde. Si une personne anglophone désire un interprète, il doit en faire la demande d'avance. La traduction ne sera pas fournie pour l'ensemble de l'assemblée, mais à lui seul.

Statut bilingue

Longueuil est une ville unilingue francophone, mais son arrondissement le moins peuplé, Greenfield Park, bénéficie du statut bilingue reconnu par la Charte de la langue française, même s'il ne remplit plus officiellement la condition d'avoir au moins 50 % d'anglophones au sein de sa population. Une minorité de 33,8 % des résidents de l'arrondissement se déclarent anglophones.

Sur les 84 municipalités qui jouissent d'un statut bilingue au Québec, 42 ne remplissent plus la condition qui leur avait permis d'offrir des services en anglais.

Voici quelques exemples :

Mont-Royal : 21,5 % d'anglophones

Rosemère : 13,2 % d'anglophones

Otterburn Park : 6,8 % d'anglophones

(Source : Office québécois de la langue française)

En 2013, le Parti québécois au pouvoir avait tenté de corriger cette situation par le projet de loi 14, mais il avait été abandonné faute d'appuis suffisants.