BIEN-ÊTRE
15/02/2016 11:10 EST

Une cabane à sucre urbaine ouvrira à Ville-Marie

Radio-Canada

À Ville-Marie, au Témiscamingue, une cabane à sucre urbaine ouvrira en mars prochain. C'est une première dans la région, selon les promoteurs du projet.

Un texte de Boualem Hadjouti

La copropriétaire de l'auberge Eugène, Marie-Joe Morin, y voit un créneau à développer dans la région.

Elle compte y mettre les moyens nécessaires, par exemple, en recrutant trois employés.

«On sentait qu'il y avait peut-être une demande, après nous c'est une période un peu plus creuse, dans l'hébergement, restauration, puis on s'est dit : "Pourquoi on ne ferait pas ça, pour animer le village, pour faire en sorte que les gens sortent, qu'ils bougent?", c'est du traditionnel, et il y en a plus vraiment en région», a-t-elle expliqué.

Le menu de la cabane à sucre sera traditionnel, mais composé de produits locaux.

«Menu traditionnel, jambon, bacon, [fèves au lard], oreilles de crisse, il y a des saucisses aussi à l'érable qui [sont] fabriquées par la Maison des viandes à Rouyn-Noranda, on a fait brasser une bière à l'érable avec le sirop d'érable de Tem-Sucre, par les Prospecteurs de Val-d'Or , énumère Marie-Joe Morin.

auberge eugene

Un partenariat entre deux entreprises du Témiscamingue

Le projet sera réalisé en partenariat avec l'érablière Tem-Sucre, une entreprise de production de sirop d'érable du Témiscamingue.

Le propriétaire, Hugo Levesque, qui se charge aussi de la promotion, affirme que c'est sa première expérience dans le domaine.

Il croit que le projet sera un succès, d'autant plus que les cabanes à sucre se font rares en Abitibi-Témiscamingue.

«Je vais vous le dire, c'est sur ça va lever... j'ai un bon "feeling", puis il y a une demande à ça, puis ils le font dans le traditionnel, puis c'est une belle équipe, fait que je pense que oui, ça peut être très bien.»

— Hugo Levesque, érablière Tem-Sucre

Selon Hugo Levesque, il faut s'adapter au développement du concept des cabanes à sucre urbaines.

«Il faut sortir des sentiers battus, il n'y a pas juste les cabanes à sucre pour salir les bottes, puis [abimer] son char dans le chemin, ce n'est pas ça, c'est plus urbain, mais je pense qu'ils vont aller chercher, même si c'est chez Eugène, dans un restaurant, ils vont aller chercher le petit côté rustique de la cabane à sucre, puis ils vont mettre l'ambiance aussi... ça va être la cabane à sucre à voir», a-t-il dit.

L'idée a fait son chemin sur les réseaux sociaux et les premières réservations ont déjà été faites.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter