NOUVELLES
14/02/2016 08:12 EST | Actualisé 14/02/2017 00:12 EST

Une bagarre dégénère: un mort dans un centre pour réfugiés en Suède

Une personne est morte après une bagarre dans un centre pour réfugiés à Ljusne dans l'est de la Suède, a-t-on appris dimanche auprès de la police, relançant le débat sur la sécurité dans ces foyers.

"Une enquête préliminaire pour homicide et tentative d'homicide est en cours après le décès d'une personne à la suite d'une bagarre", a écrit la police dans un communiqué, qui ne précise pas si la victime est un migrant.

L'incident s'est déroulé tard samedi soir et un suspect a été arrêté, ont précisé les forces de l'ordre.

Les origines de la dispute ne sont pas connues mais une quinzaine de personnes y auraient participé. Selon la presse locale la victime serait un homme âgé de 20 ans.

Fin janvier, une employée d'un foyer de réfugiés du sud-ouest du pays avait été poignardée. Son meurtrier présumé est un demandeur d'asile mineur.

Ce premier drame avait mis au jour les problèmes d'insécurité dans les foyers pour réfugiés.

"Il faut s'assurer de la sécurité dans les centres pour réfugiés. Il peut être nécessaire (...) de renforcer la sécurité dans un certain nombres de centres", a réagi dimanche le Premier ministre Stefan Löfvén, interrogé par l'agence suédoise TT.

Selon l'association des collectivités territoriales suédoises, 40 à 50 municipalités connaissent de fortes tensions dans l'accueil des migrants, tandis que 220 autres sont loin d'offrir les capacités qu'elles devraient mobiliser.

"L'un des problèmes c'est qu'ils sont logés à l'étroit. L'oisiveté est un autre problème et nous voulons renforcer la coopération avec les associations de formation et même les fédérations sportives pour qu'ils aient de quoi s'occuper de manière sensée pendant l'attente", a précisé le chef du gouvernement.

Selon l'Office national des migrations, les signalements de violences ou menaces au sein des centres d'asile ont doublé en 2015, à 322 contre 148 l'année précédente.

L'institution a affirmé jeudi avoir besoin de 20.000 places supplémentaires pour loger les nouveaux arrivants.

cbw/pjl