NOUVELLES
14/02/2016 02:19 EST | Actualisé 14/02/2017 00:12 EST

Les catholiques ukrainiens se sentent "trahis" par le Vatican

Les gréco-catholiques ukrainiens se sentent "trahis" par le Vatican après la rencontre historique entre le pape François et le patriarche orthodoxe russe Kirill et leur déclaration conjointe, qu'ils jugent "controversée" sur le conflit dans l'Est séparatiste prorusse de l'Ukraine.

Le texte de la déclaration commune qui appelle notamment les Eglises orthodoxe et catholique en Ukraine à "s'abstenir à participer à la confrontation et ne pas soutenir le développement ultérieur du conflit" dans l'Est "a suscité une déception profonde parmi de nombreux fidèles de notre Eglise et citoyens ukrainiens", a déclaré le primat de l'Eglise gréco-catholique (uniate) d'Ukraine, Mgr Sviatoslav Chevtchouk, cité sur le site officiel de l'Eglise.

"De nombreuses personnes m'ont contacté pour me dire qu'elles se sentaient trahies par le Vatican, déçues par les demi-vérités dans le texte et par un soutien indirect du Saint-Siège à l'agression contre l'Ukraine", a-t-il poursuivi.

Selon le père Sviatoslav, cette déclaration laisse entendre que l'Ukraine est le théâtre d'un "conflit civil" et "non de l'agression du pays voisin". Kiev et les Occidentaux accusent la Russie d'avoir instigué le conflit dans l'Est qui a fait plus de 9.000 morts depuis avril 2014, de soutenir militairement les rebelles et d'y avoir déployé des troupes régulières.

La Russie nie toute implication directe dans le conflit.

Irina Guerachtchenko, une députée ukrainienne pro-pouvoir chargée des questions humanitaires dans le "groupe de Minsk" qui négocie la paix dans l'Est, a également exprimé sa déception dimanche.

"Merci aux frères gréco-catholiques. Nous, les Ukrainiens orthodoxes, nous sentons également déçus. Evidemment pas par le patriarche Kirill...", a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

En Ukraine, les rebelles sont en majorité des orthodoxes rattachés au patriarcat de Moscou et se battent contre d'autres orthodoxes et contre les gréco-catholiques (uniates) rattachés à Rome.

Le Saint-Siège et le pape n'ont cessé d'appeler les Ukrainiens à se réconcilier et à cesser une guerre entre "frères" chrétiens au grand dam des uniates, qui souhaiteraient une condamnation directe de la politique russe en Ukraine.

Le pape François et le patriarche Kirill se sont entretenus vendredi à Cuba, première rencontre entre les chefs des deux plus grandes confessions chrétiennes depuis près de 1.000 ans.

neo/pyv