NOUVELLES
14/02/2016 01:40 EST | Actualisé 14/02/2016 09:22 EST

Le pape François appelle à fuir le diable dans une banlieue pauvre de Mexico (VIDÉO)

ECATEPEC _ Le pape François a appelé les Mexicains à fuir le diable et à résister à la tentation de la richesse et de la corruption, dimanche, alors qu'il célébrait une messe en plein air devant des milliers de personnes dans une ville de la périphérie de la capitale affligée par la violence et le trafic de drogue.

La Conférence des évêques catholiques du Mexique a indiqué qu'environ 300 000 billets avaient été distribués pour la messe à Ecatepec.

Des centaines de milliers de personnes se sont alignées le long de la route empruntée par le convoi du pape, lançant des pétales de fleurs à son passage et agitant de petits drapeaux aux couleurs du Vatican.

Au deuxième jour de son voyage au Mexique, François a voulu transmettre un message d'encouragement aux résidants d'Ecatepec, une banlieue pauvre de Mexico de 1,6 million d'habitants où la violence liée aux narcotrafiquants, les enlèvements et les règlements de compte entre gangs font partie du quotidien.

Dans une référence claire aux trafiquants de drogue qui font la loi dans les bidonvilles d'Ecatepec, le pape s'est concentré dans son homélie sur les dangers que représente le diable, affirmant que seule la parole de Dieu pouvait le défaire.

Il a appelé les Mexicains à faire de leur pays une terre de possibilités, et non un endroit où les jeunes sont "détruits entre les mains des marchands de mort".

"Mettons-nous cela en tête: avec la diable, aucun dialogue n'est possible, a dit François. Il ne peut y avoir de dialogue parce qu'il aura toujours le dessus sur nous. Seul le pouvoir de la parole de Dieu peut le défaire."

Quelque 100 000 personnes ont été tuées et 27 000 autres sont disparues dans les violences liées aux narcotrafiquants depuis que le gouvernement mexicain a lancé une guerre contre les cartels en 2006.

Au moins 1554 femmes sont disparues dans le seul État de Mexico depuis 2005, selon l'Observatoire national sur les féminicides. L'an dernier, le gouvernement a lancé une alerte concernant les meurtres de femmes à Ecatepec et dans d'autres parties de l'État.

Néanmoins, les nombreuses femmes venues assister à la messe du pape se sentaient en sécurité, en grande partie grâce à l'imposante présence policière. Le gouvernement avait mobilisé plus de 10 000 policiers, soldats et membres de la garde présidentielle pour assurer la sécurité du convoi papal et de la messe.

"Je suis protégée par ma foi et par la joie de voir le pape de près, a déclaré Graciela Elizalde, 35 ans, qui est arrivée sur les lieux de la messe samedi soir et qui a passé la nuit dans la rue. Les voyous savent que nous, les gens bien, avons pris le contrôle des rues."

Le programme chargé du souverain pontife a semblé l'avoir fatigué samedi. Le pape âgé de 79 ans a semblé somnoler durant une messe en soirée et a aussi perdu l'équilibre avant de tomber sur un fauteuil installé pour lui. Il semblait plus énergique dimanche, saluant la foule d'un air rayonnant le long de son trajet.

Durant la journée de dimanche, le pape François devait également participer à trois défilés à bord de sa "papemobile" et visiter un hôpital pédiatrique.