DIVERTISSEMENT
12/02/2016 03:57 EST | Actualisé 14/02/2016 01:47 EST

«Un+Une» de Claude Lelouch: un film sur l'amour, le vrai (VIDÉO/PHOTOS)

Cinquante ans après Un homme et une femme, lauréat d’une Palme d’Or et de deux Oscars, Claude Lelouch nous offre une nouvelle romance intitulée Un+Une avec à l’affiche Jean Dujardin et Elsa Zylberstein pour la première fois réunis à l'écran. En vue de la sortie du film dans nos salles ce vendredi, le réalisateur français s’est entretenu avec Le Huffington Post Québec.

Quelques mois plus tôt et Claude Lelouch vous aurait répondu que le Québec est son bout de terre préféré. Aujourd’hui, l’homme n’a d’yeux que pour l’Inde, un pays qu’il vient de découvrir pour la première fois à 78 ans. «On n’en sort pas indemne, assure-t-il en entrevue téléphonique. Après un repérage qui s’est transformé en un véritable coup de foudre, j’ai décidé que le film sera tourné en Inde.»

Il regrette d’ailleurs de n’y être pas allé plus tôt durant sa carrière. «J’aurai sans doute fait tous mes films là-bas, lance-t-il en riant. C’est peut-être un peu cliché de dire cela, mais l’endroit est franchement magique. Avec la croyance aux réincarnations, la mort n’existe pas. La souffrance devient une école de la vie. Autant de théories existentielles qui m’ont toujours intéressé. Cette philosophie du temps présent a en quelque sorte toujours imprégné ma filmographie.»

Galerie photo «Un+Une» de Claude Lelouch Voyez les images

Un+Une, qui a eu récemment un gros succès au box-office en France, se déroule donc dans le royaume des Maharajas. Jean Dujardin, Oscar du meilleur rôle pour The Artist, interprète le sympathique Antoine, un célèbre compositeur de musiques de films, un brin jouisseur et très volage, qui s’envole pour l’Inde afin de travailler sur la bande originale d’une adaptation locale au titre évocateur «Juliette et Roméo».

À Bombay, Antoine rencontre Anna (Elsa Zylberstein), la femme de l'ambassadeur de France (Christophe Lambert), tournée sur la spiritualité indienne. Autant Antoine est léger, drôle et séducteur, autant Anna est naïve, mélancolique et fragile. Malgré tout ce qui les oppose, le couple s’en va en voyage à travers le pays pour une quête intérieure.

«J’ai été spectateur de mon propre film, raconte Lelouch. Le récit a évolué jusqu’au dernier moment. La fin je l’ai découverte quand je l’ai tourné. C’est comme cela que je vois mon métier. Le cinéma doit ressembler à la vie.»

Jean Dujardin, le dernier macho français

Ce road-movie sentimental composé de dialogues savoureux, le cinéaste l’a concocté spécialement pour les deux acteurs qui voulaient se retrouver devant sa caméra. «Elsa et Jean se sont rencontrés par hasard dans un avion. Ils ont parlé de cinéma et comme ils voulaient travailler pour moi, Elsa m’a téléphoné pour savoir si j’étais intéressé», explique-t-il.

Lelouch n’a pas hésité. Il voulait depuis longtemps rencontrer Jean Dujardin qu’il n’a jamais dirigé. «Je l’adore. On possède la même vision sur la vie. On aime tous les deux l’amour. Je vois en Dujardin, un fier représentant du dernier macho français. Des personnes comme lui, on en voit plus.»

Un macho au cœur tendre serait-on tenté d’ajouter, car dans le film, Jean Dujardin utilise l’humour comme arme de séduction. «Dans le film, je voulais qu’il joue au départ un clown manipulateur qui se transforme ensuite en quelque chose de plus doux et d’inattendu. L’Inde va le transformer. L’histoire va aussi en faire un père», affirme le réalisateur.

Justement en parlant d’amour, les choses semblent avoir bien changé en la matière depuis le mythique Un homme et une femme sortie en 1966. Selon Lelouch, qui voulait filmer à nouveau une histoire sentimentale, un monde de méfiance s’est érigé entre les deux sexes.

«Les hommes ont maintenant très peur des femmes et celles-ci se méfient beaucoup d’eux. Je le vois autour de moi, la méfiance est devenue le moteur des relations amoureuses. Que voulez-vous, les femmes sont déçues et elles peuvent maintenant se passer de nous», dit-il.

Le long métrage est une fiction filmée en direct avec des événements authentiques comme la rencontre avec la sainte Amma, grande figure spirituelle et maternelle de l’Inde qui enlace tous ceux qui le désirent.

«Elle est le symbole par excellence de l’amour, précise-t-il. Elle m’a aussi pris dans ses bras. Je voulais qu’elle soit dans mon film, qu’on puisse la voir embrasser les acteurs. Un vrai message d’amour.»

Car pour Lelouch ce qu’il faut sauver aujourd'hui ce n’est pas la planète, mais l’amour! «Tout part de là, dit-il. Au fond, si je fais du cinéma, c’est pour être aimé. L’amour permet tout. Quand on sera amoureux de la planète, elle sera sauvée», conclut-il.

Un+Une – TVA-Films – Comédie sentimentale – 115 minutes – Sortie en salles le 12 février 2016 – France.