DIVERTISSEMENT
12/02/2016 09:28 EST

Quand Saratoga va faire un tour à la Place des Arts (ENTREVUE)

Daniel Robillard

Ils se sont installés tranquillement, se frayant une place de choix dans le paysage du folk québécois. Qui? Saratoga - alias Chantal Archambault et Michel-Olivier Gasse - qui souligne son 50e spectacle (en un an!) en allant faire un tour vendredi soir à la Place des Arts. Entrevue.

Qu'arrive-t-il quand une force tranquille épouse un «beau coup de pied dans le cul», comme le dit si bien Gasse lui-même? Un projet musical qui a de la gueule, beaucoup de gueule. Saratoga, c'est un EP homonyme aux airs d'automne qui s'est vu décerner le Lucien du meilleur EP folk de l'année au GAMIQ. C'est un duo sans prétention, qui a fait ses preuves avant même de lancer son premier album, prévu pour cette année sous l'étiquette Duprince. C'est un couple d'artistes qui s'aiment autant que la musique, si bien qu'ils n'hésitent jamais à prendre la route, allant même jusqu'à jouer chez les gens.

«J'étais en attente d'une subvention et on s'est dit que c'était à nous de créer notre chance, ou plutôt notre travail» lance l'auteure-compositrice-interprète qui a déjà un solide bagage solo à son actif. Avec les albums La romance des couteaux (2012) et Les Élans (2013) et l'EP L'amour ou la soif, Archambault a mis plusieurs choses au clair: elle a du talent, et elle écrit de - très - belles chansons d'amour.

Loin d'être en reste, Michel-Olivier Gasse fait son petit bout de chemin en tant que bassiste (Vincent Vallières, Dany Placard et... Chantal Archambault), auteur-compositeur-interprète et bassiste dans le groupe Caloon Saloon et écrivain à la plume habile avec Du cœur à l’établi (2013) et De Rose à Rosa (2014).

En duo, ça donne un couple qui ne se casse pas la tête. «On a toujours aimé chanter ensemble. Je me fonds bien...» commence Gasse, qui est vite interrompu par Archambault, hilare: «en moi!» On ne peut nier l'évidence: ce projet musical basé sur la simplicité fonctionne, tout naturellement: «On peut faire des shows avec pratiquement rien! On avait envie de jouer, d'aller à la rencontre des gens.»

Et ça paraît, puisque les musiciens arrivent à créer une belle ambiance en spectacle - à la limite d'une soirée entre amis remplie de rires - et ce, malgré la profondeur du répertoire. «Globalement, on a toujours du fun. C'est toujours bien cocasse quand Chantal parle en anglais...» lance Gasse en riant. Parce que le duo est prêt à rire de n'importe quoi, de lui surtout. Habitué de jouer dans de petites salles, Saratoga profite de l'atmosphère intime pour discuter avec le public: «Tellement, qu'on est parfois déstabilisés dans de plus grands endroits. Parfois, on peut avoir l'impression que l'énergie se perd.» a ajouté Archambault.

Le risque est-il présent pour la Place des Arts? «Je ne suis pas inquiet. On en est encore à se présenter au public. On va les recevoir, tout simplement» lance Gasse..

Saratoga, en spectacle le vendredi 12 février à la Place des Arts de Montréal. Pour plus de détails, c'est ici.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST