POLITIQUE
12/02/2016 05:19 EST | Actualisé 12/02/2016 05:19 EST

Investir est encore plus clé dans une économie chancelante, dit Justin Trudeau

Canadian Prime Minister Justin Trudeau listens to a question from the floor during a press conference at the close of the Asia-Pacific Economic Cooperation (APEC) summit in Manila, Philippines, Thursday, Nov. 19, 2015. Asia-Pacific leaders called Thursday for increased international cooperation in the fight against terrorism as they held annual talks overshadowed by the Paris attacks. (AP Photo/Aaron Favila)
ASSOCIATED PRESS
Canadian Prime Minister Justin Trudeau listens to a question from the floor during a press conference at the close of the Asia-Pacific Economic Cooperation (APEC) summit in Manila, Philippines, Thursday, Nov. 19, 2015. Asia-Pacific leaders called Thursday for increased international cooperation in the fight against terrorism as they held annual talks overshadowed by the Paris attacks. (AP Photo/Aaron Favila)

OTTAWA _ Justin Trudeau met de l'avant le besoin de dépenses fédérales accrues pour aider l'économie, au moment même où des experts partagent leurs prévisions à la baisse avec le gouvernement fédéral.

Le premier ministre affirme que les difficultés économiques du pays signifient qu'il est plus important que jamais pour le gouvernement libéral de dépenser sur des projets générateurs de croissance tels que les infrastructures.

Les commentaires de M. Trudeau ont été livrés, vendredi, à Toronto, peu après qu'un groupe d'économistes du secteur privé eurent relayé leurs prévisions à la baisse au ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, dans une rencontre à quelques kilomètres de là.

L'économiste en chef du Conference Board du Canada, Glen Hodgson, a dit avoir fait état à M. Morneau d'une prévision de croissance pour 2016 de seulement 1,7 pour cent _ l'une des prédictions les plus optimistes exprimées dans la salle.

Depuis plusieurs décennies, les ministres fédéraux des Finances ont utilisé une moyenne des prévisions des économistes du secteur privé comme base de leur programme fiscal.

Le gouvernement libéral a toujours dit qu'il afficherait des déficits dans les prochaines années avec l'objectif de dépenser des milliards de dollars sur des mesures de stimulation telles que les projets d'infrastructure, qui, selon Ottawa, créeront des emplois et contribueront à faire revivre l'économie.

M. Trudeau a aussi mis de l'avant d'autres mesures libérales qui aideront l'économie, selon lui, telles que l'augmentation des prestations pour enfants et un certain allègement de l'impôt sur le revenu pour la classe moyenne couplé à une hausse des taux d'imposition pour les plus riches.

M. Trudeau a fait valoir que les Canadiens avaient voté pour le programme libéral plutôt que pour les plateformes présentées par les conservateurs et les néo-démocrates, prônant toutes deux la nécessité d'équilibrer le budget à tout prix.

"Nous avons dit 'Non, nous devons investir à tout prix'", a illustré M. Trudeau.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Galerie photo Le premier cabinet de Justin Trudeau Voyez les images